Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Faits Divers - Société
13/03/2008 - 15:49

A venir, un test pour mieux combattre la dépression



La semaine du cerveau vient de commencer, et une publication scientifique attire les regards sur un des troubles les plus étranges de notre esprit : la dépression. Cette étude, publiée dans le Journal of Neuroscience, met en effet en lumière la présence d'un marqueur biologique de la dépression dans le cerveau de patients dépressifs qui se sont suicidés.



L'équipe de Mark Rasenick, de l'Université de l'Illinois, a étudié 16 cerveaux, et les a comparés à ceux de patients sans aucun antécédent d'ordre psychiatrique. Ils ont découvert une différence de taille. Les cerveaux des malades et les cerveaux témoins contenaient la protéine nommée « Gs alpha » dans des proportions similaires. Mais chez les dépressifs, cette protéine s'était concentré dans une zone particulière des cellules du cerveau, les « radeaux lipidiques ».

Quand la « Gs alpha » est piégée dans ces « radeaux lipidiques » épais et visqueux, sa capacité à activer les neurotransmetteurs est réduite. Selon des expériences menées sur des rats ou des cultures cellulaires en laboratoire, « les antidépresseurs aident à déplacer la Gs alpha à l'extérieur de ces ‘radeaux' et à faciliter l'action de certains neurotransmetteurs », indique Rasenick.

La dépression reste encore largement inexpliquée. Cette étude ne prétend pas en fournir la clé, mais l'équipe estime en revanche pouvoir, avec des études plus poussées, parvenir à un test susceptible de soulager les patients. Il ne s'agirait pas de « dépister » à tous les coups la dépression comme les autres maladies, mais de jauger très rapidement l'efficacité d'un traitement lourd à base d'antidépresseurs. Alors qu'il faut à l'heure actuelle plus d'un mois pour savoir si un tel traitement a de réels effets sur un patient, ce test pourrait donner la réponse en quatre à cinq jours.





Y.K/sourcesWeb








Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb