Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
20/06/2008 - 19:28

Affaire Berlusconi: la juge déterminée à poursuivre l'enquête


Les accusations de partialité portées à l'encontre de la justice n'empêcheront pas l'enquête pour corruption visant le président du Conseil italien Silvio Berlusconi de se poursuivre, prévient la juge Nicoletta Gandus.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Mardi, les avocats de Berlusconi ont demandé à ce que l'affaire soit retirée à la magistrate et confiée à un autre juge, le chef du gouvernement estimant que le tribunal est "politisé" et cherche à le déstabiliser.

"Ce recours n'empêchera pas les auditions de se poursuivre", a commenté vendredi Nicoletta Gandus.

Berlusconi est soupçonné d'avoir versé 600.000 dollars, pris dans des "fonds secrets" de son empire médiatique Mediaset, à un avocat britannique, David Mills, pour qu'il ne révèle pas certains détails potentiellement compromettant sur ses activités.

Trois auditions sont fixées en juillet. Une cour d'appel doit par ailleurs se pencher le mois prochain sur le recours déposé par les avocats de Berlusconi.

Cette requête est perçue par ses détracteurs comme un moyen pour Berlusconi d'échapper au procès, lui qui a déjà eu plusieurs fois affaire à la justice sans être condamné ou a bénéficié de prescription.

Ces critiques ont également été formulées au sujet d'un amendement déposé par deux parlementaires, qui définit des priorités judiciaires essentiellement les crimes violents ou liés à la Mafia , et suspend pour un an les autres types d'affaires antérieures à 2002.

L'amendement a été adopté cette semaine par le Sénat et doit encore passer devant la chambre basse du Parlement.

Berlusconi a rejeté l'idée qu'il se servait du Parlement pour se protéger.

"Il ne s'agit pas d'une règle de protection du chef du gouvernement, et ces commentaires m'indignent", a-t-il dit depuis Bruxelles, ajoutant qu'il entendait dénoncer dans la semaine "la situation des magistrats italiens" qui "ont infiltré les tribunaux pour pervertir la démocratie".

L'affaire Berlusconi-Mills remonte à 1997, et aurait dû être prescrite en janvier, mais un tribunal milanais a prolongé le délai de deux ans.

Source: yahoo news

Arame Diène



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo