Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
14/12/2007 - 21:03

Afrique: Plus de 200 'boat-people´disparus, et autres actus en bref


Afrique de l'Est: Plus de 200 'boat-people´ disparus ou noyés en mer la semaine dernière - Sénégal: Tiken Jah Fakoly "interdit d'entrée et de sortie" après ses propos sur la situation politique du pays - Côte d'Ivoire: 289 déplacés internes observent une grève de la faim à Bouaké - Ethiopie: Une réconciliation pour panser les plaies du conflit



Afrique de l'Est: Plus de 200 'boat-people´ disparus ou noyés en mer la semaine dernière

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a annoncé aujourd'hui que 207 personnes sont mortes noyées ou portées disparues la semaine dernière, alors qu'elles naviguaient en mer Méditerranée, dans le golfe d'Aden, dans les Caraïbes ou au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest.

« Beaucoup sont des migrants cherchant une vie meilleure, mais certains sont aussi des réfugiés fuyant la persécution et les violences », a déclaré aujourd'hui Jennifer Pagonis, la porte-parole du HCR, selon un communiqué publié à Genève.

Sénégal: Tiken Jah Fakoly "interdit d'entrée et de sortie" après ses propos sur la situation politique du pays

L'artiste musicien ivoirien, Tiken Jah Fakoly, a été déclaré persona non grata au Sénégal, suite à des déclarations jugées "fracassantes, insolentes et discourtoises" qu'il a tenues sur la situation politique au Sénégal, a-t-on appris de source officielle, jeudi.

"Le ministre de l'Intérieur a pris un arrêté d'interdiction d'entrée et de sortie contre l'artiste ivoirien. A partir d'aujourd'hui Tiken Jah Fakoly est déclaré persona non grata au Sénégal", indique un communiqué reçu à l'APS.

Depuis hier mercredi 12 décembre à 18h, 289 personnes déplacées internes (PDI), réunies au sein du "comité des personnes déplacées internes retournées volontaires en détresse à Bouaké", observent une grève de la faim sur le parvis de la cathédrale Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus de la localité.

Elles protestent contre le contenu des kits alimentaires composé de 10 kgs de riz, de 2 morceaux de savon BF, d'une bouteille de 90 cl, qu'elles jugent insignifiant pour leur survie.

Ethiopie: Une réconciliation pour panser les plaies du conflit

Il y a tout juste un mois, Mme Bela, 35 ans, mère de deux enfants et membre de l'ethnie Karo, a vu sa voisine se faire abattre.

« Elle travaillait dans les champs avec son mari. Puis elle est allée à la rivière chercher de l'eau. Quelque instants après, des membres de la tribu Bume sont arrivés avec leur troupeau et ont ouvert le feu sur elle lorsqu'ils l'ont vue », a raconté Mme Bela.

En représailles au meurtre de sa femme, le mari a tué deux membres de la tribu Nyangatom (ou Bume). Quelques jours plus tard, des Nyangatoms ont assassiné d'autres voisins de Mme Bela, ce qui a créé un cycle infernal de représailles et contre-représailles.

Pour Mme Bela, les Nyangatoms sont la source de tous les conflits dans la région.


H.V/Source Web







Flashback :
< >

Mercredi 16 Mai 2018 - 16:31 Partagez vos infos ou vos images






Partageons sur FacebooK
Petites annonces