Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Al Wihda International
19/01/2008 - 12:51

Afrique Tchad et Darfour: plaidoirie pour la paix

Ahmat Yacoub présente une contribution d'Emmanuelle Dethomas

En proposant pour l'Afrique, le Tchad et le Darfour le texte ci-dessous, Ahmat Yacoub, fondateur d'Al Wihda Info, prend résolument le parti du silence des armes et celui du dialogue fraternel. Il se positionne au-delà des clivages ethniques, religieux et tribaux. Pour autant, ne nous y trompons pas car, si cette politique de la main tendue est désormais une réalité, il appartient au régime d'Idriss Déby, ainsi qu'à tous les Tchadiens, de saisir cette opportunité historique. Il reste qu'au Tchad, fort du soutien militaire français, le pouvoir actuel de Ndjamena pourrait interpréter cette ouverture comme un signe de faiblesse de la part de la rébellion armée tchadienne. Ce serait là, de la part de Paris et d'un 'Idriss Déby au pouvoir décrédibilisé, une grave sinon fatale erreur politique et militaire.



Afrique Tchad et Darfour: plaidoirie pour la paix
Quand au Tchad, les responsables politiques et militaires sont dépassés par les situations qu'ils ont contribué à faire naître, Dieu ne nous appelle-t-il pas à nous engager davantage pour trouver des solutions autres que celles de la politique politicienne et des armes» ?

Tandis que le 7 janvier le gouvernement du Tchad a bombardé des positions rebelles au Darfour, provoquant au sein de la population une très vive inquiétude d'une confrontation directe entre les deux pays, et que la criminalité augmente chaque jour au Tchad, la Conférence épiscopale a adressé "à tous et à chacun", un appel pressant à plus de responsabilité.

«Tout le monde souhaite vivement la paix, y compris ceux-là même qui font la guerre. Mais de quelle paix s'agit-il ? Quelle paix voulons-nous pour notre pays ?» C'est par ces interrogations que la Conférence épiscopale du Tchad a adressé son message de Noël dernier qui représente un vibrant appel à toutes les parties en conflit de mettre fin à la violence et à la guerre au Tchad.

Tout en brossant un tableau sans concession et sans complaisance des comportements de tous, la Conférence épiscopale renvoie dos-à-dos les forces de sécurité qui « agissent trop souvent à l'inverse de la mission qui leur est confiée, devenant alors de vraies forces d'insécurité sans foi ni loi » et les auteurs de « tensions intercommunautaires, qui éclatent fréquemment en affrontements sanglants et mortels ».

Les évêques dénoncent la corruption généralisée à tous les niveaux dans les institutions de l'État (douanes, gendarmerie, forces armées) et déplorent également le climat d'intimidation et de compromission instauré « où personne n'ose réagir ». Les populations fuient la violence des combats en se réfugiant hors des zones de conflit, quand d'autres sont tentés de créer de nouveaux groupes de rébellion en prenant les armes à leur tour.

L'année 2008 marque la cinquantième année de la proclamation de la République du Tchad. À cette occasion, la Conférence épiscopale lance «un appel pressant à tous et à chacun» à plus de responsabilité, qu'ils soient membres du gouvernement, de l'opposition ou de la société civile, en donnant des pistes concrètes d'action et de comportement. Désarmement, élaboration d'un programme politique fondé sur le respect du bien commun plutôt que sur des intérêts claniques, instauration d'une culture de paix passant par «une réconciliation réelle entre Tchadiens».

Quant au rôle des religieux, les évêques exhortent toutes les confessions à se réunir : «nous devrions être la conscience morale de la nation. Quand les responsables politiques et militaires sont dépassés par les situations qu'ils ont contribué à faire naître, Dieu ne nous appelle-t-il pas à nous engager davantage pour trouver des solutions autres que celles de la politique politicienne et des armes» ?

Enfin, les évêques se proposent de devenir des facilitateurs d'un dialogue visant à construire une paix durable pour leur pays et exhortent les Chrétiens à s'engager dans les commissions Justice et Paix et de redoubler d'efforts dans leur combat contre la pauvreté.

Emmanuelle Dethomas


H. Vario-Nouioua






H. Vario-Nouioua

Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Partageons sur FacebooK