Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
30/07/2008 - 13:01

Assassinat du préfet Erignac: un membre du commando remis en liberté

BASTIA - Joseph Versini, condamné en juin 2003 par la cour d'assises spéciale de Paris à 15 ans de réclusion criminelle pour complicité dans l'assassinat du préfet Claude Erignac, sera remis en liberté conditionnelle le 11 août, a annoncé à la presse son avocat Me Eric Barbolosi.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
"Il bénéficiera d'une libération conditionnelle avec port d'un bracelet électronique", a précisé l'avocat. "En attendant il sera incarcéré à la maison d'arrêt de Borgo où il devrait arriver aujourd'hui (mercredi) ou demain (jeudi)".

"Mon client va reprendre son activité agricole, il a définitivement tourné la page du militantisme clandestin", a poursuivi l'avocat. "Joseph Versini a déjà effectué neuf ans de réclusion, il a droit à l'application de la loi comme n'importe quel autre détenu quels que soient les faits qu'il a commis".

"La loi prévoit une libération conditionnelle à mi-peine, il remplit les conditions, il doit donc en bénéficier", a-t-il insisté.

La libération conditionnelle de Joseph Versini, 50 ans, avait été obtenue en mai mais le parquet de Paris avait fait appel, retardant de trois mois l'application de cette décision, confirmée par la cour d'appel.

Eleveur de porcs à Cristinacce (Corse-du-Sud), connu comme militant nationaliste, Versini avait été arrêté en mai 1999. Il faisait partie des membres du commando Erignac jugés en juin 2003 par la cour d'assises spéciale de Paris, alors qu'Yvan Colonna était en fuite.

Il avait été condamné à 15 ans de réclusion pour l'attaque, en septembre 1997, de la gendarmerie de Pietrosella, au cours de laquelle avait été dérobée l'arme ayant servi à tuer Claude Erignac, et pour l'assassinat. Lui-même avait participé aux réunions préparatoires mais pas à l'opération le soir du 6 février 1998 car, a-t-il expliqué durant l'instruction et au procès, il ne se sentait pas capable de tuer un homme.

Yvan Colonna, condamné fin 2007 à perpétuité pour l'assassinat du préfet, doit être jugé en appel du 9 février au 13 mars 2009 devant la cour d'assises d'appel spéciale de Paris.

Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo