Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Asie & Extrême Orient
03/02/2021 - 13:07

Aung San Suu Kyi inculpée par l'armée pour "talkie-walkie et poignées de main"

La dirigeante du Myanmar, Aung San Suu Kyi, a été accusée par l'armée de délits mineurs liés à l'importation de certains talkies-walkies sans licence et de poignées de main pendant la pandémie, selon un document de la police. Le document indique que Mme Suu Kyi sera détenue pendant deux semaines supplémentaires, le temps que les accusations soient examinées.



Les actions des militaires ont été largement condamnées par la communauté internationale, les Nations unies les qualifiant de revers majeur pour les progrès de la démocratie au Myanmar et les pays du G7 exhortant les généraux à "rétablir le pouvoir du gouvernement démocratiquement élu [et] à libérer toutes les personnes injustement détenues".

Le document de la police publié mercredi affirme que lors d'une perquisition au domicile de Mme Suu Kyi, des officiers de l'armée ont trouvé des radios portables importées illégalement et utilisées sans autorisation. En plus d'être accusée en vertu des lois sur les licences d'importation et d'exportation, Mme Suu Kyi aurait également été accusée en vertu de la législation d'urgence Covid pour avoir rencontré des gens et leur avoir serré la main pendant la pandémie.

Le président Win Myint, qui a été arrêté et démis de ses fonctions par l'armée lundi, serait également accusé d'infractions à la loi sur la gestion des catastrophes naturelles, selon le document de la police.

Mardi, le chef de l'armée du Myanmar, le général Min Aung Hlaing, qui contrôle désormais le pays, a annoncé son intention d'enquêter sur les fraudes présumées lors des élections de novembre, tout en s'engageant à s'attaquer en priorité à l'épidémie de Covid-19 et à gérer l'économie, a indiqué le journal birman Global New Light of Myanmar, géré par l'État. Il a ajouté qu'une nouvelle commission électorale "examinerait les données relatives au vote pour trouver des résultats corrects, et que des mesures seraient prises en conséquence dans le processus". Elle prévoit également d'examiner les listes électorales à la lumière des inscriptions des ménages familiaux. L'armée a dissous la précédente commission électorale après avoir déclaré qu'il n'y avait aucune preuve de fraude généralisée lors de l'élection.  

Lors du vote de novembre, le Parti de la solidarité et du développement de l'Union, soutenu par l'armée, n'a remporté que 33 sièges, contre 396 pour la Ligue nationale pour la démocratie de Mme Suu Kyi sur les 476 disponibles.

Min Aung Hlaing a souligné que les mesures Covid-19 prises par le gouvernement de Mme Suu Kyi seraient poursuivies. Jusqu'à présent, le Myanmar a enregistré plus de 140 000 cas de coronavirus, dont 3 100 décès.  

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest