Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Monde: Toute l'Actu
09/05/2019 - 15:18

Biodiversité la France rate son leadership

Peut être en raison de la proximité des élections Européennes, ou encore pour restaurer son image, Emmanuel Macron rate ses diverses tentatives de positionner le leadership de la France quant à la défense de la biodiversité. En effet, le 3 Mai, lors de l'ouverture des débats en plénière de ce rapport historique, nous avons assisté à une cérémonie d'ouverture en sourdine, sans la présence des ministres français hôtes, et certainement sans celle du chef de L’État.



Le rapport de la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) est le premier du genre et représente les connaissances les plus récentes dont nous disposons sur la santé de la planète. Les chefs d'État ont assisté aux lancements du précédent rapport qui ont éclairé cette évaluation mondiale, d'abord en Malaisie, puis en Colombie.
Mais lors de l'ouverture des débats en plénière de ce rapport historique, nous avons assisté à une cérémonie d'ouverture en sourdine, sans la présence des ministres français hôtes, et certainement sans celle du chef de L’État.

Quel espoir avons-nous lorsque nous devons prendre des mesures si ces discussions ne sont pas traitées avec l'importance requise ?

Le moment aurait été bien choisi pour la France de faire connaître sa position sur ces questions au monde entier, compte tenu de la colère croissante de l'opinion publique face à l'inaction des gouvernements en matière d'environnement et des mauvaises nouvelles anticipées dans l'Évaluation sur l'extinction des espèces, la disparition des forêts, le changement climatique et ses impacts sur les populations autochtones et le Sud en particulier.

Le rapport de l'IPBES arrive à un moment critique, avant le rapport du GIEC sur les terres en août, et à la suite d'un examen de plus en plus attentif du public et des médias sur l'état du monde naturel.

Le rapport sera adopté à l'approche d'une année importante pour le climat et la biodiversité, et éclairera les discussions sur un nouveau cadre et des objectifs visant à inverser la tendance à l'appauvrissement de la nature lors de la conférence des Nations Unies sur la biodiversité en 2020 à Kunming, Chine.

Il est raisonnable de penser que certains des sombres avertissements et outils politiques contenus dans le SR15 seront repris dans le rapport de l'IPBES, à la suite du rapport spécial du GIEC 1.5 en octobre dernier, et compte tenu des facteurs communs à l'origine du changement climatique et de la perte de biodiversité.

Nous savons que le Sud de la planète sera le premier et le plus durement touché par l'inaction continue en matière de perte de biodiversité, tout comme le changement climatique.

Nous ne sommes pas en bonne voie pour respecter l'Accord de Paris et les objectifs du Millénaire pour le développement seront compromis par notre absence de mouvement collectif.

Le système alimentaire - production et consommation - est l'un des principaux moteurs de la perte de biodiversité et l'un des plus grands émetteurs de GES - il représente un tiers des émissions de GES et les grandes entreprises agricoles sont responsables de presque autant d'émissions que l'industrie des combustibles fossiles et 27 % des pertes forestières mondiales peuvent être attribuées à la déforestation pour faire place à la culture de produits primaires.

Mais nous disposons d'un grand nombre des solutions dont nous avons besoin pour faire face à ces crises liées et nous ne regrettons pas les mesures que nous pouvons et devrions prendre maintenant.

Nous savons que les communautés locales et indigènes sont souvent les meilleures gardiennes des forêts, qui sont vitales dans la lutte pour décarboniser notre société. Les voies tracées dans le rapport du GIEC 1.5 montrent clairement que nous devons non seulement protéger les forêts existantes, mais aussi restaurer activement d'autres écosystèmes (tels que les zones humides, les mangroves) et envisager de consacrer des terres à la plantation de nouvelles forêts. Nous savons également que l'autonomisation des petits exploitants est le meilleur moyen de nourrir le monde équitablement et d'obtenir les résultats les plus positifs sur la façon dont nous gérons l'intendance des terres.


Nous avons besoin d'un changement transformateur de notre société et cela doit commencer maintenant si nous voulons minimiser les impacts futurs.

Aucun gouvernement n'est sur le point d'en faire assez, ce qui nous ramène à la France et à nos espoirs de voir plus d'intention et d'action de la part d'un pays plus généralement connu comme un champion de l'environnement.

C'est une période chargée pour le pays hôte. Outre la plénière IPBES-7, la France préside le G7 en 2019, la réunion des ministres de l'environnement devant se tenir à Metz (France) les 5 et 6 mai, en même temps que le lancement du rapport IPBES.  

Nous espérons que la France fera preuve de plus de leadership au cours des prochains jours. Nous demandons au pays de faire preuve de leadership non seulement à l'IPBES-7, mais aussi à la réunion ministérielle du G7 sur l'environnement, en accordant la priorité à la perte de biodiversité et en défendant la nature.

De l'Amazonie, nous disons encore une fois aux scientifiques et aux fonctionnaires réunis en France : il n'y a plus de temps, la Pachamama est en danger.

Il y a déjà eu suffisamment de discussions, de rapports et de forums. Le temps des discussions est terminé.

Partout dans le monde, les collectivités ont besoin de voir les gouvernements commencer à attacher des budgets à leur rhétorique. Nous devons agir maintenant, et la France doit tenir parole et donner l'exemple aux autres pays.

Il est temps de connaître la vérité et d'agir dans la vérité de la justice. Le savoir traditionnel des peuples autochtones a la réponse à la crise quasi-terminale de la planète.

C'est l'occasion pour nos peuples indigènes et nos communautés paysannes de sauver la planète avec nos connaissances. Parce que notre opportunité est l'opportunité de tout le monde.


Henri Vario-Nouioua












Partageons sur FacebooK