Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Amériques
30/06/2008 - 17:33

Bolivie: nouveau revers pour le président Evo Morales


Une indigène quechua, candidate de l'opposition bolivienne, a remporté dimanche l'élection au poste de gouverneur de la région de Chuquisaca (sud), un revers cinglant pour le gouvernement de gauche de M. Evo Morales qui fait déja face à la fronde de six gouverneurs sur neuf.



Savina Cuellar a remporté l'élection de dimanche au poste de gouverneur de la région de Chuquisaca (530.000 habitants) par 55,5% contre 40,5% à M. Walter Valda, le candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti du président Morales, indiquent dimanche soir des sondages diffusés par la chaîne ATB.

L'élection s'est déroulée dans le calme, a indiqué le président de la Cour régionale électorale, Victor Sanchez.

Le président Evo Morales doit désormais affronter l'opposition de sept gouverneurs de régions sur neuf, deux lui demeurant fidèles à Oruro et Potosi (sud-ouest).

Initialement favorable au MAS en 2006, la région de Chuquisaca a ensuite exigé du gouvernement central que Sucre, sa principale ville, redevienne capitale à la place de La Paz, entraînant une hostilité de plus en plus forte des habitants contre le gouvernement.

La nouvelle gouverneur, Mme Cuellar, une paysanne et commerçante vendant des habits usagés, est passée à l'opposition en 2007.

Peu après son élection la population a commencé à fêter la victoire tandis que la nouvelle élue a annoncé qu'elle demanderait un referendum pour que Sucre ( 225.000 habitants) redevienne capitale de la Bolivie (9 millions d'habitants). Sucre avait perdu cette place à la suite d'une guerre civile au dix-neuvième siècle.

En décembre 2007, de violents affrontements entre la police et les habitants de Sucre contestant le projet de constitution qui ne mentionne pas un éventuel changement de capitale, avaient fait trois morts et des dizaines de blessés.

Craignant une nouvelle flambée de violences la police s'était retirée de la ville pendant plusieurs jours. Le gouverneur de Sucre, David Sanchez, qui était passé à l'opposition, avait alors démissioné avant de se réfugier au Pérou.

Au niveau national, l'opposition détient maintenant les postes de gouverneurs de sept régions: Santa Cruz (est), le moteur économique du pays, Beni et Pando au nord, Cochabamba (centre) et Chuquisaca (sud-est), Tarija au sud ainsi que La Paz.

Le dialogue étant rompu entre l'opposition libérale et le gouvernement de gauche, le président Evo Morales a convoqué pour tenter de sortir de l'impasse un référendum révocatoire le 10 août prochain, remettant en jeu son mandat, celui de son vice-président et ceux des gouverneurs.

L'opposition refuse ce référendum et réclame des élections générales anticipées.

La région de Chuquisaca, l'une des régions les plus pauvres de Bolivie, dispose de réserves importantes de gaz et plusieurs compagnies pétrolières étrangères y opèrent dont Petrobras (Brésil), Repsol-YPF (hispano-argentine) et Total (France).

Source: yahoo news


Arame Diène






Arame Diène

Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel





Partageons sur FacebooK