Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
25/02/2021 - 14:47

Boris Johnson est un "menteur impénitent et invétéré", déclare l'ancien ambassadeur de France au Royaume-Uni


Boris Johnson est un "menteur impénitent et invétéré", qui mettra les problèmes de Brexit sur le compte du coronavirus, a déclaré l'ancien ambassadeur de France au Royaume-Uni.



Dans son nouveau livre, Sylvie Bermann, la plus haute représentante de la France à Londres lors du référendum européen, a déclaré que le Premier ministre utilise "le mensonge pour embellir la réalité, comme un jeu et comme un instrument de pouvoir".

Elle a décrit l'approche du Premier ministre : "La fin justifie les moyens. Il n'a pas de règles".

En tant qu'ambassadrice de France en Grande-Bretagne entre 2014 et 2017, Mme Bermann compte parmi les plus hauts diplomates de son pays. Elle a également représenté son pays en tant qu'ambassadrice en Chine et en Russie. Son livre, Goodbye Britannia, l'ancien diplomate de haut niveau, caractérise l'esprit de Brexiter qui consiste à "réciter une histoire dans laquelle le Royaume-Uni n'est jamais vaincu, jamais envahi", et ce, en partant de l'idée d'une "histoire qui s'est arrêtée en juin 1944", a-t-elle déclaré.

Elle a admis qu'elle ne s'attendait pas à ce que le référendum européen soit perdu, a-t-elle dit : "Comment ce pays dont l'influence a été décisive à Bruxelles, qui a déroulé avec insolence le tapis rouge pour les entrepreneurs français et que Xi Jinping avait élu en octobre 2015 comme porte d'entrée de l'Europe, à l'aube d'une période dorée, comment a-t-il entrepris de se saborder ? "La tentation de Boris Johnson sera de cacher la facture de Brexit sous le tapis Covid, évaluée à plus de 200 milliards de livres pour 2020, soit presque autant que la contribution totale du Royaume-Uni à l'Union européenne depuis son adhésion en 1973, qui était de 215 milliards de livres".

Les commentaires de Mme Bermann rappellent ceux d'Emmanuel Macron qui, en 2018, a qualifié de "menteurs" des Brexit de premier plan, comme M. Johnson qui "est parti le lendemain pour ne pas avoir à gérer".

Interrogé jeudi sur les commentaires de l'ambassadeur, le porte-parole du Premier ministre a déclaré "Nous rejetons complètement cette caractérisation. Nous avons tenu les promesses que nous avons faites au peuple britannique lors des élections de 2019 et précédemment lors du référendum en ce qui concerne le retour de la souveraineté. 


Les efforts de la Grande-Bretagne pour lutter contre la crise climatique mondiale vont échouer avec la présence de Boris Johnson.
Le Premier ministre aura la lourde tâche de faire en sorte que le monde prenne le Royaume-Uni au sérieux.

Un mot chuchoté s'échappe par la brèche sous la porte de la cabane de berger. David Cameron, vous vous souvenez de lui ? Ancien premier ministre, pendant six ans apparemment, non pas que l'on puisse vous en dire beaucoup, et ce n'est pas une mauvaise chose.

C'est un type sympa, plus ou moins. Plus, dans le sens où il aime porter un polo et part en vacances en Cornouailles. Et moins dans le sens où il va très occasionnellement faire porter le fardeau d'une récession massive directement sur les épaules des personnes pauvres et handicapées.

On se souvient surtout de lui comme d'un homme qui ne voulait pas quitter l'Union européenne, mais qui l'a fait par accident. On se souvient moins de lui pour tout le reste. Mais il a accordé une interview à Boris Johnson, qui lui a dit d'être "musclé" dans ses interventions dans l'économie post-Covid.

Les interventions de Cameron sont en effet rares. Les interjections de Cameron lorsqu'il n'a pas de livre à promouvoir sont encore plus rares, mais cette dernière auto-insertion dans la vie publique ne semble pas être liée à un quelconque argument de vente pour cette autobiographie trois fois retardée qui a pris trois ans et demi à écrire et au moins quatre fois à lire. Aujourd'hui, il se contente de donner des conseils à la jeune Padawan, qui n'a que deux ans de plus que lui. Bien sûr, certains d'entre nous ont passé une bonne partie de leur vie à suivre David Cameron sur différents lieux de travail fermés, à le regarder enlever sa veste, relever ses manches et regarder des atriums remplis d'employés de bureau ou des usines et des hommes vêtus de vêtements de haute couture. En de nombreuses occasions, il leur parlait de son nouvel accord avec l'Union européenne. Malheureusement, ils décidèrent plus tard qu'il n'avait tout simplement pas remonté ses manches et qu'il n'avait pas été assez musclé dans son interventionnisme, mais c'est du passé.

En expliquant le pouvoir du possible, et ce que les gouvernements peuvent faire s'ils sont prêts à être musclés dans leurs interventions, Cameron mentionne ses efforts pour persuader le chef britannique de l'énorme société allemande Siemens de construire une usine d'éoliennes à Hull. (Quelques années plus tard, il persuadera également ce même homme de le laisser lancer sa campagne pour le référendum européen dans son usine de Chippenham qui fabrique des signaux de train. Il arrivait en retard lorsque son train était retardé par une panne de signal. Un présage, peut-être).





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb