Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
05/03/2021 - 13:37

Boris Johnson viole l'accord du Brexit


L'UE a mis en suspens le projet d'approbation de l'accord Brexit de Boris Johnson après que Bruxelles ait accusé le Royaume-Uni de violer l'accord.



L'UE a mis en suspens le projet d'approbation de l'accord Brexit de Boris Johnson après que Bruxelles ait accusé le Royaume-Uni de violer l'accord.

L'accord commercial entre le Royaume-Uni et l'UE est en vigueur à titre provisoire depuis deux mois, mais il doit être voté par le Parlement européen pour devenir permanent.

Les chefs des groupes politiques de l'assemblée législative avaient l'intention de convenir d'une date pour le vote final lors d'une réunion jeudi, mais ont plutôt accepté d'attendre après la dernière initiative du Royaume-Uni.

Mercredi, le gouvernement de Boris Johnson a déclaré qu'il modifierait unilatéralement certaines parties de l'accord afin de mieux répondre aux besoins des entreprises britanniques en Irlande du Nord.



"La conférence des présidents a décidé ce matin de ne pas fixer de date pour la ratification de l'accord de commerce et de coopération, en attendant les développements d'hier", a déclaré une source européenne à The Independent.
"Les dirigeants du Parlement européen veulent voir où cela va nous mener".

Suite à la réunion, le député européen socialiste allemand Bernd Lange a tweeté : "Toujours valable : "Si les autorités britanniques violent - ou menacent de violer - l'accord de retrait, par le biais du projet de loi sur le marché intérieur du Royaume-Uni... ou de toute autre manière, le Parlement européen ne ratifiera en aucun cas un accord entre l'UE et le Royaume-Uni".

Le porte-parole officiel de Boris Johnson a déclaré qu'il n'était pas au courant de la décision de la Conférence des présidents, mais a ajouté : "Nous voulons que l'UE ratifie l'accord de transfert dès que possible.

Mercredi soir, la Commission européenne, l'exécutif de l'Union, a promis une action en justice après que les ministres britanniques ont déclaré qu'ils prolongeraient une "période de grâce" destinée à donner aux supermarchés et aux fournisseurs britanniques le temps de s'adapter aux nouvelles barrières commerciales de l'autre côté de la mer d'Irlande.

Maros Sefcovic, vice-président de la Commission, a déclaré que cela constituerait une "violation" du protocole conclu avec le Royaume-Uni. Il a également averti que ce serait la "deuxième fois que le gouvernement britannique est prêt à enfreindre le droit international", après un conflit similaire l'année dernière. Dans une déclaration, la Commission a indiqué que M. Sefcovic informerait Lord Frost, le ministre qui a aidé à négocier l'accord Brexit, qu'elle "réagirait à ces développements conformément aux moyens juridiques établis par l'accord de retrait et l'accord de commerce et de coopération".

Il a ajouté que l'UE était "très préoccupée par l'action unilatérale du Royaume-Uni, car celle-ci constitue une violation des dispositions de fond pertinentes du protocole sur l'Irlande/Irlande du Nord et de l'obligation de bonne foi prévue par l'accord de retrait".

"C'est la deuxième fois que le gouvernement britannique s'apprête à violer le droit international.

"Cela constitue également une rupture évidente avec l'approche constructive qui a prévalu jusqu'à présent, sapant ainsi ... la confiance mutuelle nécessaire à une coopération axée sur la recherche de solutions".

Le délai de grâce - un assouplissement temporaire des contrôles - devait expirer à la fin de ce mois.

Les supermarchés d'Irlande du Nord, qui sont confrontés à des problèmes d'approvisionnement depuis l'entrée en vigueur de l'accord Brexit le 1er janvier, s'attendaient à voir leurs difficultés s'aggraver, mais le secrétaire d'État à l'Irlande du Nord, Brandon Lewis, a déclaré que le gouvernement "prendrait plusieurs mesures opérationnelles temporaires pour éviter les ruptures d'approvisionnement au fur et à mesure que l'engagement avec l'UE se poursuit dans le cadre du comité mixte".

Il a annoncé, de manière controversée, que le nouveau délai de grâce se poursuivrait au moins jusqu'au 1er octobre.

Les ministres avaient demandé à l'UE de prolonger la période de grâce jusqu'en 2023, mais Bruxelles a refusé de le faire jusqu'à présent.

Le porte-parole de M. Johnson a insisté sur le fait que les fonctionnaires britanniques avaient notifié la Commission européenne et le gouvernement irlandais de leur décision en début de semaine, mais il n'a pas été en mesure de donner une date ou une heure précise.

"Nous devons faire des progrès pour remédier à l'impact disproportionné que certains des aspects du protocole ont sur les citoyens d'Irlande du Nord, contrairement à leur objectif", a déclaré le porte-parole.

"C'est pourquoi, à la suite de la notification officielle à la Commission en début de semaine, nous avons défini les mesures techniques temporaires, qui reprennent en grande partie les mesures déjà en place, afin de donner plus de temps aux supermarchés et aux opérateurs de colis pour s'adapter et mettre en œuvre les nouvelles exigences du protocole.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb