Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
17/03/2021 - 14:04

Brexit : L'UE engage une action en justice contre le Royaume-Uni pour violation "grave" du protocole sur l'Irlande du Nord


Bruxelles a engagé une action en justice contre le gouvernement britannique après que Boris Johnson a annoncé qu'il reviendrait sur certaines parties de l'accord qu'il a signé l'année dernière. Au début du mois, le Royaume-Uni a décidé de modifier unilatéralement certaines parties de l'accord pour mieux satisfaire les entreprises britanniques, ce qui a provoqué la colère de l'autre côté de la Manche.



Décrivant cette décision comme une violation "grave" de l'accord, la Commission européenne a donné le coup d'envoi de la procédure judiciaire en envoyant deux lettres officielles.

Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne et responsable du dossier pour l'Union, a déclaré : "L'Union européenne et le Royaume-Uni se sont mis d'accord sur le principe d'un accord de libre-échange : "L'UE et le Royaume-Uni ont convenu ensemble du protocole. Nous sommes également tenus de le mettre en œuvre ensemble. Les décisions unilatérales et les violations du droit international par le Royaume-Uni vont à l'encontre de son objectif même et sapent la confiance entre nous. "Le Royaume-Uni doit l'appliquer correctement si nous voulons atteindre nos objectifs. C'est pourquoi nous lançons aujourd'hui une action en justice. J'espère que, grâce à l'esprit de collaboration, pragmatique et constructif qui a prévalu jusqu'à présent dans nos travaux sur la mise en œuvre de l'accord de retrait, nous pourrons résoudre ces questions au sein du comité mixte sans recourir à d'autres moyens juridiques." Le Royaume-Uni a déclenché la polémique lorsqu'il a annoncé qu'il allait prolonger unilatéralement les délais de grâce assouplissant les contrôles sur les fournisseurs des supermarchés britanniques et les entreprises qui font du commerce en Irlande du Nord - sur fond de craintes que les conditions négociées l'année dernière ne provoquent davantage de pénuries alimentaires si elles sont appliquées comme convenu.

Certains magasins du territoire ont eu du mal à rester approvisionnés depuis le 1er janvier, date à laquelle le nouvel accord est entré en vigueur, mais la situation devrait s'aggraver considérablement lorsque les périodes de grâce sur les contrôles prendront fin. Cela devait se produire à la fin de ce mois, avant la prolongation unilatérale du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni affirme que la modification de la période de grâce ne constitue pas une violation de l'accord et qu'elle est nécessaire parce que l'UE n'accepte pas de la prolonger. En vertu de l'accord signé par le premier ministre, le Royaume-Uni pourrait se voir infliger une amende pour cette violation, ou faire l'objet de sanctions commerciales en guise de représailles.

À la question de savoir en quoi pourraient consister ces sanctions, un fonctionnaire européen a répondu : "Ce pont, nous le traverserons si et quand nous l'atteindrons". La décision du gouvernement est la deuxième fois que le Royaume-Uni déclare qu'il violera l'accord au cours de sa brève existence : l'année dernière, M. Johnson a menacé de ne pas imposer certains contrôles commerciaux requis par l'accord.

Le fonctionnaire européen a déclaré : "Nous sommes fermes. Ce que nous voyons, c'est que le Royaume-Uni viole ses obligations internationales pour la deuxième fois en six mois sur la même question."

Le fonctionnaire a déclaré que le fait qu'il y aurait des contrôles entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord était "parfaitement clair pour toutes les parties, et c'était l'hypothèse de travail des pourparlers à l'époque".

"Nous reconnaissons que le Royaume-Uni dit vouloir appliquer le protocole dans son intégralité, mais jusqu'à présent, cela ne se reflète pas dans les faits", ont-ils déclaré.

Ils ont ajouté : "Nous pensons que ces mesures unilatérales constituent une violation du devoir de bonne foi prévu par l'article 5 de l'accord de retrait.

"Le Royaume-Uni doit cesser d'agir de manière unilatérale et de violer les règles qu'il a signées.

"Ce dont nous avons besoin pour mettre en œuvre le protocole, c'est d'une confiance mutuelle et ce type d'action unilatérale que nous avons vu de la part du Royaume-Uni ne permet pas d'établir la confiance."

Le Royaume-Uni a décidé de quitter le marché unique et l'union douanière en même temps que l'Union européenne, contrairement à d'autres pays comme l'Islande et la Norvège, qui restent dans l'Espace économique européen, ou à la Turquie, qui a une union douanière avec l'Union.

L'UE applique des contrôles sur les marchandises à sa frontière douanière et réglementaire et affirme que cela n'est pas négociable. L'accord conclu par Boris Johnson applique effectivement ces contrôles à l'intérieur du Royaume-Uni, sur les marchandises circulant entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb