Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
27/01/2021 - 13:49

Brexit et Covid: un royaume désuni risquant gros


Après avoir réalisé son rêve de toujours de devenir Premier ministre il y a un an et demi, le Britannique Boris Johnson s'est inventé un titre supplémentaire : ministre de l'Union. Ce nouvel insigne était destiné à mettre en évidence son engagement à renforcer les liens entre l'Angleterre, l'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord, qui forment ensemble le Royaume-Uni.



Johnson s'est également engagé à "en finir avec le Brexit", ce qu'il a fait de justesse, le Royaume-Uni ayant conclu un accord commercial de dernière minute avec l'Union européenne avant de se retirer complètement du club le 31 décembre.

Mais ce qui était censé contribuer à mettre un terme aux divisions internes aigues que Brexit a déclenchées n'a fait que les aiguiser. L'Écosse et l'Irlande du Nord ont voté contre la sortie de l'UE en 2016, mais n'ont pas pu l'empêcher. Beaucoup de leurs habitants se sentent à nouveau choqués par l'accord commercial, leur ressentiment envers le gouvernement de Johnson, dans la lointaine Londres, ne cessant de croître.

Si l'on ajoute à cela les nombreuses critiques concernant sa gestion de la pandémie - le dirigeant écossais est réputé avoir fait un meilleur travail -, Johnson doit maintenant faire face à une question embarrassante : Ce soi-disant ministre de l'Union pourrait-il plutôt lire ses derniers sacrements ?

Si l'on en croit Michael Sturrock d'Édimbourg, le désir de Johnson de maintenir les quatre régions du Royaume-Uni (les Britanniques les appellent les "quatre nations") soudées ensemble est en réelle difficulté, un royaume désuni risquant de devenir un royaume désintégré.

Sturrock, 26 ans, fait partie des 55 % d'électeurs écossais qui ont choisi de maintenir l'Écosse au sein du Royaume-Uni lors d'un référendum sur l'indépendance en 2014. Mais il n'avait jamais imaginé à l'époque que rester au Royaume-Uni l'amènerait à être traîné hors de l'UE contre sa volonté.

Aujourd'hui, il est favorable à ce que l'Écosse suive sa propre voie. Dans un développement sans précédent, au moins 18 sondages successifs au cours des derniers mois ont montré qu'une pluralité ou une majorité de résidents écossais étaient d'accord avec lui.

"Le Brexit a été le tournant fondamental pour moi et pour tant de gens", a déclaré M. Sturrock. "La grande question pour moi est de récupérer ma citoyenneté européenne. Je suis vraiment dévasté. Et tellement en colère".o

Lu 166 fois




Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb