Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Afrique et Moyen-Orient
22/08/2008 - 15:23

Burkina :La mangue reprend du poil de la bête

Ouagadougou-Située à l'Ouest du pays, Dafani SA a une capacité d'absorption de 12 000 tonnes de mangues fraîches, 300 tonnes de tamarin et 200 tonnes d'oseilles par saison. Cette capacité devrait passer à 36 000 tonnes à l' horizon 2010.



La filière mangue retrouve peu à peu ses couleurs au Burkina Faso grâce à la naissance d’une unité de transformation de fruits , Dafani, qui, moins d’un an après son entrée en service, a le vent en poupe.

Située dans la région d’Orodara, à l’Ouest du pays, Dafani SA a une capacité d’absorption de 12 000 tonnes de mangues fraîches, 300 tonnes de tamarin et 200 tonnes de bissap (oseille de Guinée) par saison. Cette capacité devrait passer à 36 000 tonnes à l’horizon 2010.

Selon les statistiques du ministère en charge de l’ agriculture , la production annuelle de mangues au Burkina est estimée à 80 000 tonnes, dont 60 000 transformables. La mangue est le produit le plus transformé (90 %), la tomate et les oignons sont transformés respectivement à 43 % et 23 %.

La majorité des unités de transformation évoluant dans le secteur informel, la naissance de Dafani (un investissement de 5 milliards F CFA) a été saluée comme un signe de renouveau.

L’ambition de cette unité industrielle , la première du genre au Burkina Faso, est de transformer la mangue, le tamarin et le bissap en jus et en pulpe.

Les pulpes seront conditionnées dans des fûts de 200 litres, les jus dans des cartons, bouteilles et canettes à destination du marché local, sous- régional et international.

Le marché-cible est constitué des pays européens et arabes pour la pulpe de mangue et les pays de l’Uemoa et le Ghana pour les jus de fruits . L’achat des fruits devrait rapporter annuellement aux producteurs plus de FCFA 2 milliards.

Après quelques mois d’activités, les responsables de la société indiquent que la consommation locale est d’environ 50% de la production totale, l’autre moitié étant distribuée dans l’ espace UEMOA (8 pays – environ 70 millions de consommateurs ) en plus du Ghana et du Nigeria.
Quant à la purée de mangue, elle est destinée à l’exportation vers l’ Europe et les pays arabes.


Source:Dabio


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel





Partageons sur FacebooK