Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
18/01/2011 - 16:26

Caire: un deuxième Egyptien s'immole par le feu et points chauds d'Afrique

Caire: un deuxième Égyptien s'immole par le feu - Soudan: le chef de l'opposition islamiste arrêté - Côte d'Ivoire: au moins un mort dans une fusillade - Des pourparlers directs évoqués en Côte d'Ivoire - Algérie: un parti d'opposition accuse les autorités algérienne et libyenne



Caire: un deuxième Egyptien s'immole par le feu et points chauds d'Afrique
Caire: un deuxième Egyptien s'immole par le feu
Un Egyptien a tenté de s'immoler par le feu mardi au Caire à proximité du parlement, a-t-on appris de source proche des services de sécurité. L'homme, un avocat d'une cinquantaine d'années du nom de Mohamed Farouk Hassan, a crié des slogans contre la hausse des prix avant de commettre son acte, a-t-on précisé de même source. On ignore pour l'instant la gravité de ses brûlures. Un étudiant d'une vingtaine d'années a tenté de l'imiter par la suite mais des passants sont intervenus et ont réussi à le maîtriser avant qu'il ne passe à l'acte. "C'est un symptôme de la colère et de la frustration croissantes contre les injustices sociales et économiques, mais je ne pense pas que cela soit nécessairement le signe précurseur d'une révolution à la tunisienne", estime Hossam Baghat, un militant égyptien des droits de l'homme. "Nous ne voulons assurément pas que ceci devienne un phénomène. Il existe sans aucun doute d'autres moyens de défier ce gouvernement autoritaire et corrompu", ajoute-t-il. La veille, un Egyptien d'une cinquantaine d'années s'était aspergé d'essence et y avait mis le feu, après avoir donné libre cours à sa colère contre la pauvreté. Secouru à temps, il ne souffre que de blessures légères. D'autres cas d'immolation par le feu ont été signalés en Algérie et en Mauritanie, à l'imitation du Tunisien dont le geste a été, à la mi-décembre, le déclencheur des semaines d'émeutes qui ont conduit à la chute du président Zine ben Ali. (Reuters)

Soudan: le chef de l'opposition islamiste arrêté
Le chef de l'opposition islamiste au Soudan a été arrêté après avoir appelé à un soulèvement populaire similaire à celui survenu en Tunisie, ont annoncé mardi des membres de sa famille. Hassan Tourabi et son garde du corps ont été emmenés par les forces de sécurité vers minuit lundi, selon l'épouse de l'opposant, Wessal al-Mahdi. Elle a précisé que le garde du corps, libéré mardi matin, avait des contusions au visage et a dit avoir été frappé pendant sa détention. Hassan Tourabi restait lui en détention. Le fils de l'opposant, Siddiq, a de son côté précisé que huit membres du Parti du Congrès populaire (PCP) de son père avaient également été arrêtés. Les autorités soudanaises n'avaient pas réagi dans l'immédiat. Selon l'agence semi-officielle soudanaise SMC, un haut responsable de la sécurité non identifié a déclaré que l'opposant et son parti avaient apporté un soutien financier et politique à des mouvements rebelles au Darfour. Hassan Tourabi avait récemment critiqué le gouvernement du président soudanais Omar el-Béchir, appelant à une révolte populaire similaire à celle survenue en Tunisie. (AP)

Côte d'Ivoire: au moins un mort dans une fusillade
Une fusillade a éclaté mardi à Abobo, quartier pro-Ouattara d'Abidjan, faisant au moins un mort, selon une source locale, alors que le médiateur de l'Union africaine prolongeait son séjour en Côte d'Ivoire. Selon des témoins et des responsables de la mairie d'Abobo, les forces de sécurité ont commencé à tirer à l'aube, et la police était déployée en nombre. Un employé du bureau du maire s'exprimant sous le couvert de l'anonymat pour des raisons de sécurité a indiqué qu'au moins un civil avait été tué. (AP)

Des pourparlers directs évoqués en Côte d'Ivoire
Le Premier ministre kenyan Raila Odinga, médiateur de l'Union africaine, a évoqué lundi la possibilité d'entretiens directs entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara pour tenter de sortir de la crise politique en Côte d'Ivoire. Un porte-parole d'Alassane Ouattara, reconnu comme le président élu de la Côte d'Ivoire par les Nations unies, a toutefois fortement nuancé ces propos. Il a posé comme condition préalable à tout entretien direct la reconnaissance par Laurent Gbagbo de sa défaite au second tour de la présidentielle le 28 novembre. Raila Odinga a eu des entretiens ce lundi au palais présidentiel, où réside toujours Laurent Gbagbo. "Nous avons des discussions très fructueuses avec le président Gbagbo. Nous avons proposé des entretiens dont nous sommes convenus qu'ils auraient lieu demain", a rapporté le Premier ministre kenyan. "Il y a bien entendu un certain nombre de conditions à remplir. Nous allons désormais avoir des entretiens avec le président Ouattara et présenter les propositions sur lesquelles nous sommes parvenus à un accord avec l'autre partie. Si les termes (de cet accord) sont acceptés, alors les rencontres auront lieu demain", a-t-il ajouté. Patrick Achi, porte-parole d'Alassane Ouattara, a répété la condition constamment posée par le président internationalement reconnu de la Côte d'Ivoire: il ne saurait y avoir de pourparlers avec Laurent Gbagbo sans une reconnaissance préalable par ce dernier de sa défaite électorale. (Reuters)

Algérie: un parti d'opposition accuse les autorités algérienne et libyenne
Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un parti d'opposition algérien, a accusé lundi les autorités politiques officielles algériennes et libyennes de favoriser la situation de chaos en Tunisie. Ces régimes mobilisent tous les moyens pour entretenir trouble et confusion autour de la "révolution du jasmin", a indiqué ce parti dans un communiqué. Le parti du Dr Said Sadi va plus loin dans ses accusations en ajoutant qu'outre les soutiens politiques et logistiques accordés aux milices de l'ancien régime, Alger et Tripoli, notamment, contribuent objectivement à maintenir la pression sur les Tunisiens en travaillant à perturber l'approvisionnement des marchés qui commencent à manquer de produits de première nécessité. Le RCD, qui salue dans son communiqué la marche du peuple tunisien vers sa conquête de la citoyenneté, évoque des manoeuvres qui sont, selon lui, indignes et vaines. D'ores et déjà, le civisme et le patriotisme du peuple tunisien commencent à venir à bout de cette stratégie du pire qui veut faire croire que le changement, c'est le chaos, ajoute-t-il dans son communiqué. (AP)

Source : Yahoo Actualités


Ryma Mendy







Flashback :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar






Partageons sur FacebooK
Petites annonces