Sommaire
France
29/10/2007 - 14:26

Carte judiciaire: appel à la grève pour le 29 novembre

Une intersyndicale du Syndicat de la Magistrature (SM) et de trois syndicats de fonctionnaires de justice ont appelé lundi à un mouvement national de grève le 29 novembre pour protester contre la réforme de la carte judiciaire.



Carte judiciaire: appel à la grève  pour le 29 novembre
Le SM et les trois principaux syndicats de fonctionnaires de justice (USAJ, CGT, CFDT) devraient être rejoints par le principal syndicat de magistrats, l'Union syndicale des magistrats (USM), après une réunion de ses instances nationales, a précisé le secrétaire national de l'USM Christophe Régnard, lors d'une conférence de presse à Paris.

"Sur le fond, il n'y a pas de raison qu'on ne s'associe pas", a-t-il ajouté.

L'intersyndicale a appelé à une "journée nationale" le jeudi 29 novembre avec un mot d'ordre de grève pour les fonctionnaires de justice et les magistrats et à un rassemblement national à Paris, a précisé la secrétaire générale du SM Hélène Franco qui a espéré "y associer les avocats".

"Nous sommes contre cette méthode globale" de la garde des Sceaux Rachida Dati. "Il faut reprendre au départ avec une véritable concertation... Nous ne sommes pas opposés à une réforme de la carte judiciaire mais à l'issue d'une analyse très fine", a expliqué Hélène Franco.

L'USM et le SM avaient organisé une conférence de presse commune pour expliquer leur "boycott" de la visite de Mme Dati lundi matin à la cour d'appel de Paris pour y présenter la réforme de la carte judiciaire en Ile-de-France.

Treize tribunaux d'instance (TI) sur 76 vont être supprimés dans les ressorts des cours d'appel de Paris et Versailles, selon la réforme de la carte judiciaire de l'Ile-de-France présentée par Rachida Dati.

"Nous ne sommes pas là pour écouter les verdicts ministériels", a expliqué Simone Gaboriau, délégué du SM à la cour d'appel de Paris, comparant cette réforme à "une machine à effacer" les tribunaux, fonctionnant "avec un compas, une machine à calculer et une gomme".

Mme Dati présentait à huis clos sa réforme aux professionnels, protégée par un important service d'ordre, bloquant les principales issues. Au même moment, quelques dizaines de fonctionnaires de justice manifestaient dans les couloirs, derrière une banderole représentant le président Nicolas Sarkozy et sa garde des Sceaux : "Rachida, maintenant que j'ai divorcé, tu peux supprimer les tribunaux!"

Le porte-parole du ministère de la Justice Guillaume Didier a été vivement pris à partie par les manifestants et a été la cible de sifflets.

"Est-ce que vous trouvez qu'il y a un trop-plein de tribunaux en France?", lui a demandé un greffier.

M. Didier a plaidé pour "une meilleure organisation de la justice", assurant que la "concertation" avait lieu "au cas par cas" de chaque cour d'appel, où se rend la ministre. "Rien n'est descendu vers nous", a protesté une fonctionnaire.

Rachida Dati devait tenir un point de presse à l'issue de sa réunion, où elle devait annoncer la suppression de tribunaux d'instance en Ile-de-France.

Elle a entamé le 12 octobre à Lille un tour de France des juridictions au cours duquel elle annonce la suppression de certains tribunaux.

Photo: Chrystèle Lacène

H.V/Source Web









Flashback :
< >

Mercredi 16 Mai 2018 - 16:31 Partagez vos infos ou vos images

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn