Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
13/08/2008 - 15:30

Cessez-le-feu fragile en Géorgie

TBILISSI - Après avoir accepter le plan de paix négocié par le président français Nicolas Sarkozy avec retincence, Tbilissi accuse Moscou de déplacer ses chars sur son territoire.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Aucun échange de tirs ou bombardement n'était signalé sur le terrain depuis l'annonce de l'accord dans la nuit de mardi à mercredi, mais le président géorgien Mikheïl Saakachvili a affirmé que "les forces d'occupation russes continuaient leur mouvement à travers la Géorgie en dépit du cessez-le-feu".

Les troupes russes se dirigent vers la capitale de Géorgie, Tbilissi, et tentent de l'encercler, a déclaré mercredi Mikheïl Saakachvili sur la chaîne américaine CNN.

"Les chars russes sont en mouvement, les forces russes ont un comportement extrêmement agressif. Elles achèvent un nettoyage ethnique de notre population", a dit M. Saakachvili.

Le secrétaire du Conseil de sécurité géorgien, Alexandre Lomaïa, a affirmé de son côté à la télévision que "cinquante chars et blindés russes" étaient entrés mercredi matin dans la ville géorgienne de Gori, proche de la république séparatiste d'Ossétie du sud.

Moscou a démenti immédiatement. "Il n'y a pas de forces de paix russes ni d'unités affiliées dans la ville de Gori", a déclaré un représentant de l'état-major des forces russes. On manquait toujours mercredi matin de renseignements précis sur les positions occupées par les forces de Moscou.

Cependant, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou ne retirerait ses troupes de Géorgie que lorsque les soldats géorgiens auraient regagné leurs casernes. Comme prévu dans l'accord conclu, "après le retrait des troupes géorgiennes dans leurs casernes, (les unités militaires russes envoyées en renfort) retourneront sur le territoire de la Fédération de Russie. (...) Nos forces de maintien de la paix resteront en Ossétie du Sud", a déclaré le chef de la diplomatie russe devant la presse.

Une colonne de chars, blindés et camions militaires russes a été vue mercredi après-midi par un photographe de l'AFP, allant de Gori en direction de Tbilissi, la capitale géorgienne distante de 90 km. La colonne se trouvait à environ 10 km de Gori, selon la même source.

Plusieurs journalistes ont fait état mercredi de la présence de forces russes et notamment de blindés, aux alentours de Gori, une ville de quelque 50.000 habitants, dont la plupart ont pris la fuite vers Tbilissi. Moscou a fermement démenti toute présence de ses forces à Gori.

En vertu d'un plan de paix parrainé par le président français et accepté mardi par Tbilissi et Moscou, les militaires géorgiens doivent retourner "dans leur lieu habituel de cantonnement" et les soldats russes se retirer "sur les lignes antérieures au déclenchement des hostilités".

Les forces géorgiennes "ont commencé à se retirer" d'Ossétie du Sud, mais pas de façon massive, a affirmé mercredi l'état-major de l'armée russe.

La Russie dispose depuis le début des années 1990 de troupes de maintien de la paix en Ossétie du Sud, un territoire séparatiste pro-russe en Géorgie, au coeur du conflit actuel entre Moscou et Tbilissi. Elle souhaite maintenant que les forces géorgiennes s'éloignent de cette région, ainsi que de celle d'Abkhazie.

M. Lavrov a insisté par ailleurs sur la nécessité de rediscuter du "statut" des territoires séparatistes de Géorgie, au niveau international, un principe rejeté par Tbilissi. L'Ossétie du Sud souhaite rejoindre la Fédération de Russie et l'Abkhazie être reconnue comme Etat indépendant.

"Le statut n'est pas cité" explicitement dans la version finale du texte proposé par la France, mais discuter de la sécurité de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie "est impossible hors du contexte de leur statut", a dit M. Lavrov.

Le document proposé par M. Sarkozy a été modifié à la demande de Tbilissi qui juge "inacceptable" de discuter du statut des deux territoires. Le président russe Dmitri Medvedev, consulté par téléphone, l'a accepté car cela "ne change rien sur le fond", a précisé le ministre russe. M. Lavrov a félicité le chef de l'Etat français, qui préside l'UE, pour son rôle de médiateur. "Nous apprécions hautement le rôle que M. Sarkozy a joué en tant que président de la France et de l'Union européenne", a-t-il dit.

Enfin, il a estimé que le rôle des observateurs internationaux en Ossétie du Sud et en Abkhazie devrait être "renforcé et orienté davantage vers la surveillance de possibles provocations de la part de la Géorgie".

Une journée de deuil national était observée mercredi en Russie. L'armée russe a annoncé que les combats avaient fait dans ses rangs 74 morts, 171 blessés et 19 disparus.

A l'étranger, le conflit russo-géorgien continue à susciter de nombreuses réactions, portant notamment sur le rôle à jouer par la communauté internationale.

De nombreux pays de l'UE se sont dits favorables mercredi à l'idée de participer aux missions de maintien de la paix en Géorgie, à l'occasion d'une réunion de leurs chefs de la diplomatie à Bruxelles. Le ministre français Bernard Kouchner a évoqué la possibilité d'envoyer des "contrôleurs" européens sur place, en arrivant à cette réunion extraordinaire consacrée à la situation en Géorgie.

L'Union européenne devra décider "s'il faut ou non, et comment aller de l'avant dans le partenariat" avec la Russie face à l'attitude "agressive" de Moscou en Géorgie, a déclaré de son côté le chef de la diplomatie britannique David Miliband.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo