Sommaire
Afrique et Moyen-Orient
10/06/2008 - 16:43

Conseil français du culte musulman : le Maroc prend la main



Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a renouvelé ses dirigeants, dimanche. Le scrutin, qui a donné la victoire au Rassemblement des musulmans de France (RMF) appuyé par le Maroc, a été vivement critiqué par ceux qui jugent que le CFCM est une institution peu à même de représenter l’islam en France. Certaines fédérations musulmanes ont d’ailleurs boycotté le vote.



Prévisibles, les résultats du vote renouvelant les instances du Conseil français du culte musulman (CFCM) sont tombés dimanche. Le Rassemblement des musulmans de France (RMF) l’emporte avec 43,2% des suffrages exprimés. Soutenue par le Maroc, cette fraction dissidente de la Fédération nationale des musulmans de France(FNMF) depuis 2006 participait à sa première élection. Sans mal, elle a emporté l’adhésion de la majorité des grands électeurs participant au scrutin, reléguant derrière elle l’Union des organisations islamiques de France (l’UOIF avec 30,2%) et le Comité de Coordination des musulmans Turcs de France (CCMTF), avec 12,7% des voix. La FNMF obtient le vote résiduel de 1,4% des votants.

Ce scrutin prélude à celui du 22 juin, qui verra l’élection des membres de l’organe exécutif et administratif du CFCM, ainsi que celle du nouveau président de l’Institution. A coup sûr, c’est Mohamed Moussaoui, le chef de file et candidat officiel du RMF qui occupera le poste de Dalil Boubakeur, le président sortant.

Une élection contestée

Mais l’élection, son processus et ses résultats suscitent le débat, voire une polémique désabusée au sein de la communauté musulmane de France. Pour Mohamed Colin, directeur de publication du quotidien en ligne, Saphirnews, dédié à l’islam et aux musulmans de France et d’Europe, « les jeux étaient déjà faits. C’est un islam consulaire qui sort des urnes. Il n’y a pas d’avancée, pas de rupture avec le CFCM d’avant. Il s’agit juste d’une alternance, entre un islam "algérien" et un islam "marocain". » La Fédération de la Grande Mosquée de Paris (FGMP), soutenue par l’Algérie, ainsi que la mosquée de Lyon ont tout bonnement refusé de prendre part au vote. Les détracteurs de Dalil Boubakeur- recteur de la mosquée de Paris en plus d’être le président sortant du CFCM- expliquent sa défection prématurée par le fait qu’il n’avait pas, cette année, le soutien du gouvernement français et qu’il savait sa défaite assurée. En 2005 en effet, alors que la FGMP n’avait pas remporté l’élection préliminaire, Boubakeur avait été imposé par Nicolas Sarkozy (alors ministre de l’Intérieur, et donc en charge des questions cultuelles).

Le boycott se veut surtout une contestation contre le mode de désignation des électeurs. Les opposants au CFCM le qualifient de non-représentatif et d’anti-démocratique. Seuls 4 900 votants ont pu s’exprimer dimanche, alors que la communauté musulmane s’élève à environ 5 millions de personnes à travers le pays. Les électeurs sont en effet désignés selon les surfaces au mètre carré des lieux de cultes...

Lire la suite: http://www.afrik.com/article14494.html


Y.K/SourcesWeb






Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK