Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Seton pub
pour y être
Infos Business
12/04/2020 - 21:40

Constantin l'Africain, un médecin dans l'histoire


Découvrez Constantin l'Africain un médecin qui dans l'histoire humaine à contribué à faire évoluer la médecine.



La connaissance de la médecine ancienne a pris un nouvel essor à partir de la seconde moitié du XIe siècle avec la traduction en latin de textes arabes sur des sujets médicaux par Constantin l'Africain, un personnage dont la biographie est incertaine. C'est ainsi que Paul le Diacre le décrit, un peu plus tard que lui :
    Constantin l'Africain, moine du même monastère [du Monte Cassino], très savant en études philosophiques, maître de l'Orient et de l'Occident, un Hippocrate nouveau et lumineux. Il a quitté Carthage, d'où il était originaire, pour aller à Babylone où il a reçu une éducation complète en grammaire, dialectique, sciences naturelles (physica), géométrie, arithmétique, sciences magiques (mathématiques), astronomie, nécromancie, musique et sciences naturelles (physica) des Chaldéens, des Perses, des Sarrasins. Il est parti d'ici et a atteint l'Inde, et là il s'est jeté dans l'apprentissage de leur savoir en chirurgie esthétique. Ayant complètement maîtrisé les arts des Indiens, il se rendit en Ethiopie, où il s'imprégna encore des disciplines éthiopiennes ; une fois complètement imprégné de ces sciences, il atteignit l'Egypte et prit possession des arts égyptiens. Après avoir passé trente-neuf ans à apprendre ce savoir, il est retourné en Afrique : quand ils l'ont vu si plein du savoir de tous les peuples, ils ont pensé à le tuer. Constantin le remarque, saute sur un bateau et arrive à Salerne où il se cache pendant un moment, en faisant semblant d'être pauvre. Il a ensuite été reconnu par le frère du roi de Babylone, qui y était également arrivé, et a été tenu en grand honneur par le duc Robert. De là, cependant, Constantin partit, atteignit le monastère de Cassino et, accueilli très volontiers par l'abbé Desiderio, devint moine. Il s'est installé au monastère et a traduit de nombreux textes de différentes langues. Parmi eux, les plus pertinents sont : Pantegni (divisé par lui en douze livres), dans lequel il explique ce que le médecin doit savoir ; Practica (en douze livres), où il écrit comment le médecin préserve la santé et guérit la maladie ; Librum duodecim graduum ; Diaeta ciborum ; Librum febrium (traduit de l'arabe) ; De urina, De interioribus membris ; De coitu ; Viaticum [. ...], Tegni ; Megategni ; Microtegni ; Antidotarium ; Disputationes Platonis et Hippocratis in sententiis ; De simplici medicamine ; De Gynaecia [...] ; De pulsibus ; Prognostica ; De experimentis ; Glossae herbarum et specierum ; Chirurgia ; De medicamine oculorum.

Probablement Constantin est né en Afrique du Nord et faisait probablement partie d'une des communautés chrétiennes encore présentes au Maghreb. Dans la seconde moitié du XIe siècle, il se rend à Montecassino, où il devient moine et où il traduit de nombreux textes médicaux à partir de l'arabe, et meurt vers 1087. Constantin apparaît comme un auteur extrêmement habile : grâce à son travail d'adaptation et d'interprétation, il a réussi à faire accepter sans traumatisme par les intellectuels occidentaux la pensée classique filtrée par la pensée islamique, ainsi que les œuvres élaborées directement en Afrique du Nord et surtout à Kairouan au Xe siècle : tout d'abord les traités sur la diététique, les fièvres et l'urine du médecin et philosophe Ishaq al-Isra'ili ; un traité d'Isaq ibn 'Imran sur la mélancolie, un traité sur les degrés de drogues et le travail de pathologie Le Viatique du voyageur d'Ibn al-Gazzar. Mais les traductions constantiniennes qui ont eu le plus grand impact sur la médecine européenne sont sans doute les ouvrages d'enseignement médical alexandrins tardifs traduits en arabe, dont l'Occident n'avait reçu qu'un pâle écho à travers les versions gréco-latines : tout d'abord l'Ysagoge Johannitii, première traduction attribuable à Constantin, texte qui a servi à l'initiation des étudiants en médecine jusqu'à la fin du Moyen-Âge, version abrégée de la Question de médecine de Hunayn ibn Ishaq (Jean), traducteur du grec en arabe au IXe siècle, reprenant les introductions au galénisme proposées par les maîtres alexandrins des Ve et VIe siècles. La traduction constantinienne du Livre Royal, composée à la fin du Xe siècle par le médecin d'origine persane "Ali ibn al'Abbas al-Magusi" (connu en Occident latin sous le nom de Haly Abbas), connu sous le nom de Pantegni (c'est-à-dire "tout art") deviendra une référence fondamentale que seule l'introduction du Canon d'Avicenne dans la seconde moitié du XIIIe siècle parviendra à éclipser. Pantegni a servi de manuel pour tirer des connaissances fondamentales dans tous les domaines, en particulier l'anatomie, une science plutôt négligée au début du Moyen Âge, et avec l'Ysagoge, elle a fait partie de l'ensemble des textes connus sous le nom d'Articella qui a été, à partir du XIIe siècle, le fondement de la formation et de l'enseignement dans de nombreuses universités médiévales. On croyait autrefois que le travail de l'Africain Constantin entraînerait l'école de médecine de Salerne dans son âge d'or et influencerait même son développement. Certes, les traductions de Constantin ont provoqué une évolution importante de la pensée médicale occidentale, même si les premiers détails de la diffusion de ses œuvres sont insaisissables, puisque, à la lumière des connaissances actuelles, une relation formelle entre Constantin et l'école de médecine de Salerne n'est guère viable. Probablement le rôle de Salerne (où une véritable école avec une approche théorico-scientifique n'avait pas encore été formée) était celui de la diffusion des textes constantiniens : en effet, à l'époque la ville était un port commercial très important et dans la ville il y avait probablement un scriptorium où les textes étaient copiés pour être vendus.


Dr Xavier Tenorio







Flashback :
< >

Lundi 20 Juillet 2020 - 22:53 Questions sur le botox ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:31 Les problèmes artériels

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:16 Histoire de l'IRM ?

Infos Business | Italia






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com