Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Tribune Libre
07/06/2007 - 18:52

Dossier Editoweb Environnement: la polémique des OGM

libre opinion trouvée dans Creaweb

Les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) se répandent comme du pollen par grand vent… Ils sont imperceptibles, ils sont là mais on ne les voit pas, on ne les sent pas. Il y en a dans nos assiettes et seules quelques personnes averties savent ce qui se cache derrière ces trois lettres.



Dossier Editoweb Environnement: la polémique des OGM

Les OGM laissent rarement indifférent ! On raconte beaucoup de choses au sujet de ces nouveaux aliments : que c'est dangereux, ou bien que c'est bien pour l'environnement, qu'ils vont pouvoir nourrir la Terre pour faire face à l'explosion démographique.
Au sujet des OGM, il y a beaucoup d'affirmations mais aussi beaucoup d'interrogations, et d'indécisions juridiques…. Mais pourquoi ? Que sont ces petites bêtes ? En mange-t-on ? Le profane, c'est à dire les deux tiers d'entre nous, ignore de quoi il s'agit et va même les assimiler au clonage humain !!! Alors, doit-on en avoir peur ?

Depuis les procès du sang contaminé, le public a un sentiment de défiance à l'égard de l'expertise scientifique, attisé par la presse qui diabolise d'une manière ridicule les OGM. Il est temps de savoir où nous en sommes et expliquer pourquoi nous en sommes là. C'est pour cela que nous allons essayer de comprendre ce qui se passe dans nos assiettes.
Depuis quelques années, les progrès de la recherche permettent de doter une espèce de caractéristiques qu'elle ne possède pas naturellement. Cette évolution a donné lieu à de nombreux travaux, motivés par l'énorme pouvoir que confère à l'homme la transgénèse : la capacité maîtrisée de créer de la diversité génétique, c'est-à-dire, la possibilité de transférer un gène d'un organisme à un autre, en s'affranchissant de la barrière de genre et d'espèce. Cet organisme, affecté de ce nouveau gène, est ainsi appelé Organisme Génétiquement Modifié (OGM).

Par exemple, les melons mûrissent ainsi moins vite, les fraises ne pourrissent plus, les tomates se conservent mieux… Tous ces produits n'ont pas encore fait leur apparition sur les étals français mais existent déjà aux Etats-Unis.

Comment obtient-on un OGM ?

La première phase du transfert consiste à isoler le gène d'intérêt par le biais de la sélection. Ce gène sera alors extrait, puis purifié avant d'être intégré dans une construction moléculaire qui est constituée de trois éléments :

* un promoteur, c'est à dire une séquence placée en amont du gène et qui est nécessaire à sa transcription,
* un gène d'intérêt, qui comprend également un marqueur visuel et marqueur de sélection,
* un site de terminaison, séquence présente en aval et au niveau de laquelle l'élongation de l'ARN (Acide RiboNucléique) prend fin.

Comme les techniques d'introduction de ces constructions dans le génome demandent une grande quantité d'ADN (Acide DésoxyriboNucléique), il sera nécessaire de multiplier la construction. Cette opération est réalisée en introduisant celle-ci dans un plasmide doté d'une séquence qui lui permettra de se répliquer de façon autonome dans une bactérie-hôte.
La modification génétique d'un organisme se fait par deux approches :

1. Le transfert direct

La transformation directe consiste en l'introduction dans le génome d'un gène véhiculé le plus souvent par un plasmide classique (exemple : pUC), par le biais de techniques physico-chimiques.
La première méthode de transfert direct fut l'introduction mécanique d'ADN dans des protoplastes (cellules dont on a ôté la paroi pectocellulosique). La cellule peut alors être facilement transformée par des techniques chimiques ou physiques :

* le polyéthylèneglycol (PEG), qui est un agent chimique possédant la faculté de déstabiliser la membrane plasmique des protoplastes, permettant ainsi la pénétration des molécules d'ADN,
* l'électroporation, plus délicate à maîtriser, consiste à appliquer de courts chocs électriques de fort voltage aux protoplastes, ce qui permet l'ouverture de pores facilitant le passage de l'ADN. Le principal problème de ces deux méthodes est la faible capacité de régénération des protoplastes ainsi que le risque de voir apparaître un transfert de plusieurs copies, ce qui aura des répercussions sur la stabilité de l'insert ou de son expression.
* La microinjection est une autre méthode de transfert physique, basée sur l'utilisation de microseringues manipulées sous microscope et permettant l'introduction directe de molécules, voire d'organites entiers, dans des cellules isolées. Cependant, cette méthode ne s'applique que dans des cas particuliers car elle est complexe et lourde à utiliser.
* Parmi toutes ces techniques, la plus courante est l'utilisation du " canon à gènes ", également appelée biolistique. Cette méthode consiste à propulser le transgène à l'intérieur de cellules végétales, isolées ou appartenant à un tissu ou à un organe. Les constructions moléculaires sont adsorbées à la surface de projectiles microscopiques (billes d'or de 0,6 à 2 µm de diamètre), qui seront bombardés sur les cellules végétales. Ces billes seront progressivement freinées en traversant les différentes couches cellulaires. Quelques unes des cellules atteintes vont alors insérer spontanément les transgènes dans leur génome. La biolistique a ainsi été employée sur de nombreuses espèces végétales : blé, maïs, riz, soja, tabac...

2. Le transfert indirect

Le développement de la transgénèse végétale a connu son essor grâce à la découverte de bactéries telluriques phytopathogènes : Agrobacterium tumefaciens et Agrobacterium rhizogenes.
Ces micro-organismes sont capables de détourner à leur profit le métabolisme de certaines espèces végétales en faisant produire, aux cellules qu'ils infectent, des molécules nutritives (appelées opines) nécessaires à leur croissance. Il a été ainsi démontré que ce dérèglement cellulaire était dû à une véritable opération de génie génétique, dont les responsables sont des plasmides d'environ 200 kb : Ti et Ri.


Pour lire la suite, de l'article de creaweb ouvrez la pièce jointe ci-dessous:

Vous pouvez aussi participer librement au débat ouvert dans Wikipedia en pièce jointe:

A vos claviers pour en débattre et vous exprimer librement..


H.V/Source Web








1.Posté par pro_ogm le 08/06/2007 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la desinformation et la debilite des anti tout aussi se repends plus vite et plus longtemps que le pollen du mais !!!!

2.Posté par clemt le 08/01/2008 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
beaucoup d'interrogation se cachent derrière ces 3 lettres. nous ne pouvons plus faire marche arrière... Il et également vrai que les anti paralysent les discutions...






Partageons sur FacebooK
Petites annonces