Sommaire
L'Economie en temps réel et en continu
06/10/2007 - 10:35

EADS stocks-options et protection sociale selon Sarkozy

L'affaire EADS relance le débat sur des stocks-options

Le débat autour des stock-options est revenu cette semaine sur le devant de la scène, l'affaire EADS relançant la polémique sur les indemnités des dirigeants, tandis que le président Nicolas Sarkozy a suggéré qu'elles soient utilisées pour financer la protection sociale.



EADS stocks-options et protection sociale selon Sarkozy
Les soupçons de délits d'initiés massifs portés sur des dirigeants et des actionnaires du groupe aéronautique, révélés mercredi, ont ranimé le débat sur ces "options sur actions", qui permettent d'acquérir des titres à un prix fixé à l'avance, souvent très inférieur au cours de Bourse réel.

Ce, au moment où la garde des Sceaux Rachida Dati a installé un groupe de travail sur la dépénalisation du droit des affaires.

Le cadre légal des conditions d'exercice des stock-options s'est certes durci: depuis 2004, elles doivent être rendues publics, et depuis la loi "Breton" de 2006, les mandataires sociaux peuvent se voir interdire de les exercer avant la fin de leur mandat.

Mais ces bonus restent sous le feu de critiques récurrentes, accusés de rester l'apanage d'une élite et d'octroyer aux grands patrons des rémunérations parfois exorbitantes.

En juin 2006, le président du groupe de BTP Vinci, Antoine Zacharias, a ainsi été contraint à la démission après avoir bénéficié de stock-options, pour un montant estimé à 250 millions d'euros.

Les stocks-options font en fait l'objet d'une répartition très inégalitaire selon les entreprises. D'après un calcul du magazine L'Expansion de mai dernier, 40% des salariés d'Alcatel (Paris: FR0000130007 - actualité) -Lucent en bénéficient, contre 0,1% chez Peugeot (Paris: FR0000121501 - actualité) et 4% en moyenne dans les sociétés du CAC 40 (Paris: actualité) .

"Elles sont généralement proposées aux cadres que l'on veut garder dans une entreprise, comme le signe d'une reconnaissance de l'équipe dirigeante", note Eric Wuithier, directeur associé chez Towers Perrin, un cabinet de conseil en rémunération.

Certains, comme l'association Croissance Plus, redoutent que les scandales liés aux stock-options, comme le possible délit d'initiés chez EADS, ne mettent en doute leur utilité. Lire la suite en ouvrant la pièce jointe ci dessous:

SD/Source Web










Flashback :
< >

Mercredi 16 Mai 2018 - 16:31 Partagez vos infos ou vos images

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn