Sommaire
Faits Divers - Société
20/03/2008 - 13:29

Ecoceane : nouvelle arme antipollution


Au cœur de l’innovation, la société Ecoceane fabrique des catamarans capables de récupérer les déchets solides et liquides sur l’eau et va bientôt sortir un bateau, plus grand et armé pour la lutte contre les marées noires.



100 mètres cubes d’hydrocarbures récupérés en une heure ! Voilà les performances annoncées pour le Catamar, dernier bateau dépollueur fabriqué par la société Ecoceane. A ce rythme, une marée noire du type de l’Erika serait traitée en deux petites semaines ! Pour réaliser cette prouesse le Catamar est équipé d’un système de recueil et de décantation breveté qui ne fait appel à aucun procédé chimique : l’eau sale est aspirée par une turbine qui l’amène au centre du bateau où un décanteur sépare les eaux de surface polluées des eaux claires rejetées dans l’océan. Le pétrole récupéré est ensuite stocké dans des grands boudins flottants à l’arrière du bateau.

Le Catamar, qui est encore en phase d’essai, a été développé en collaboration avec la marine française et devrait être disponible au début de l’été prochain. Ce nouveau bateau est le fruit de plusieurs années de recherche et ses concepteurs ont également profité de l’expérience emmagasinée lors de la construction de ses petits frères. Trois modèles sont en effet déjà en activité, le plus petit, l’Ecoglop est utilisé pour le nettoyage des petits ports et des marinas et peut récupérer aussi bien les déchets liquides que solides (sacs, mégots, canettes…) grâce à un système de panières. Les deux plus grands (Cataglop et Cataglop XL) peuvent servir au nettoyage et à la dépollution à proximité du rivage et jusque dans la bande des 6 miles.

Plusieurs ports en France (Marseille, Arcachon, Caen…) et à l’étranger (Amérique du Sud, Afrique, Europe de l’Est) ont déjà acheté des bateaux et Eric Vial, le président d’Ecoceane, prévoit de vendre une quarantaine de catamarans en 2008. Le chantier de fabrication est situé à Paimpol et emploie une vingtaine de personnes dans une région durement frappée par la crise de la construction navale.

Pour mieux connaître Ecoceane, Sciences et Avenir a interrogé Robert Gastaldi, son fondateur :

- Comment vous est venue l’idée de construire des navires nettoyeurs ?

Un concours de circonstances, l’amour de la mer en tant que marin plaisancier, et la colère face aux conséquences des marées noires sur les côtes de Bretagne (région d’adoption bien que monégasque).
A cela s’ajoute la reprise d’un chantier naval, spécialisé dans la construction aluminium, et l’idée d’y construire un bateau de grande envergure pour la récupération des hydrocarbures en mer.

- Quel est la spécificité de vos bateaux ?

Dans leur fonction, nos bateaux ont la capacité de récupérer à la fois les déchets solides et liquides flottants grâce à un principe breveté à l’échelle internationale.
Les déchets solides sont recueillis dans un panier. Les huiles et hydrocarbures sont séparés de l’eau puis stockés flottants, avant d’être pompés à terre.

Dans la pratique, nous avons tout d’abord développé une gamme de catamarans de 6,50m à 9,50m qui aspirent les eaux de surface entre leurs coques grâce à une turbine, quel que soit leur sens (déplacement, marche avant, marche arrière ou en stationnaire), et ce jusqu’à 10 mètres ! ….d’où leur réelle capacité à nettoyer dans les recoins inaccessibles, là , où justement s’accumulent les huiles et les détritus.
Parallèlement à cette gamme, nous mettons à l’eau le CATAMAR. Il s’agit d’un bateau de 18 mètres, toujours construit selon le même brevet, mais capable de récupérer les hydrocarbures en haute mer, et de travailler en continu durant 7 jours, avec une capacité de ramassage de 100 m3/heure.


- Quels sont vos clients ?

. Les collectivités locales, les mairies du littoral, les ports de plaisance ou de commerce.
. Les entités en charge de la gestion des ports, C.C.I., Conseils Régionaux ou Conseil Généraux , les mairies ou encore des Société de gestion privées.
. Les prestataires de service, présents dans les marchés de l’Environnement.

Pour Catamar et Cataglop XL Diesel, nos clients sont les Etats, les Régions, les D.D.E. à travers le plan POLMAR et certains organismes d’Etat, spécialisés dans la lutte et la protection du littoral et la lutte contre les pollutions accidentelles (SETMEFF, CEPPOL)


- Vous apportez une solution aux problèmes des marées noires, est-ce que les sociétés pétrolières s’intéressent à vos travaux ?

Nous constatons un intérêt croissant des compagnies pétrolières pour nos bateaux, en Europe, en Amérique du Sud, ou en Asie.
Après le naufrage du «Prestige» et les conséquences de la marée noire sur les côtes atlantiques, le FIPOL a remboursé la France, l’Espagne et le Portugal à hauteur de 172 millions d’euros,, tout en ne couvrant que 15% des dégâts…
Avec un Catamar, pour moins de 10% de cette somme, il n’y aurait peut-être pas eu de catastrophe sur les côtes…

nouvelobs.com

Y.K/sourcesWeb









Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn