Sommaire
France
27/10/2007 - 14:55

Enseignement et Immigration: l'école en question


En France, l'Ecole peine à concevoir et à enseigner l'histoire de l'immigration en tant qu'"histoire commune concernant l'ensemble de la nation", selon un rapport du professeur d'histoire et chercheur à l'INRP Benoît Falaize.



Les colonies, c'est fini
Les colonies, c'est fini
Ces travaux, commandés par la Cité nationale de l'histoire de l'immigration à Paris, et réalisés pour l'Institut national de recherche pédagogique, ont été présentés à un auditoire - conquis - d'instituteurs qui participent à l'Université d'automne du SNUipp-FSU (principal syndicat du primaire) à La-Londe-Les-Maures (Var) jusqu'à dimanche.

Pas moins de 247 manuels ont été passés au crible et une cinquantaine d'enseignants dans toute la France interrogés.

Premier constat, selon le chercheur: il faut "attendre ces cinq dernières années" pour que l'histoire de l'immigration occupe "une place de moins en moins anecdotique" dans le cursus scolaire. Dans les années 80 et 90, "à aucun moment, dans aucun document officiel, l'immigration n'est envisagée comme un thème d'étude en lui-même".

Depuis 2000, "une évolution est perceptible", mais le sujet "reste à la marge", selon lui. L'histoire de l'immigration "occupe une faible place dans les programmes scolaires" et "dans les manuels", même si cette place se fait plus importante au lycée, estime-t-il.

En outre, dans les livres, la question est abordée "très souvent sous l'angle de l'intégration et de l'exclusion et moins sous celui de l'histoire stricto sensu", constate M. Falaize.

Il cite le cas d'un manuel qui traite le sujet avec... une photo de l'équipe de France de la Coupe du Monde de football de 1998.

De même, en classe, "l'histoire de l'immigration est peu enseignée du point de vue historique". Ce sont les matières comme la géographie, l'éducation civique ou les langues et les lettres qui prennent en charge cet enseignement, mais là encore, "moins dans ses dimensions historiques que contemporaines".

Le chercheur l'explique notamment par le fait que "l'actualité (politique, proche orientale, économique et sociale)" vient "exercer une pression accablante" au sein d'un monde éducatif "particulièrement réceptif aux notions de respect, de tolérance et d'ouverture au monde".

Mais en résulte un "enseignement diffus et peu structuré", selon lui. "C'est comme si le présent obérait toute réflexion pédagogique", explique-t-il à son auditoire.

M. Falaize relève aussi que l'approche des enseignants qui consiste à prendre appui sur les familles des élèves présents en classe pour aborder le sujet, en valorisant la différence et la richesse "supposées octroyées par l'origine", est parfois en "déphasage" avec la réalité.

"Les enfants sont renvoyés à une identité qui n'est plus la leur !(...) Combien de générations faudra-t-il en France pour arrêter de considérer que +Rachid+ est un immigré?", a-t-il lancé.

"Il y a un +impensé+ de l'histoire migratoire en France, véhiculé par l'Ecole toute entière", qui ne concerne pas tant les immigrés que la France elle-même, qui ne voit pas qu'elle a une part étrangère qui l'a toujours composée", affirme-t-il.

L'histoire de l'immigration n'est pas envisagée sous l'angle d'une "histoire commune, partagée, concernant l'ensemble de la nation", résume-t-il.

Quel remède ? "Changer de posture intellectuelle", rester neutre et enseigner "l'histoire de l'immigration dans sa continuité et dans sa complexité".

H.V/Source Web









Flashback :
< >

Mercredi 16 Mai 2018 - 16:31 Partagez vos infos ou vos images

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn