Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Europe
02/05/2019 - 22:32

Espagne, Le PSOE n'offre pas d'accord de Gouvernement à PODEMOS

La concrétisation du soutien à l'investiture de Pedro Sánchez à la présidence du gouvernement ne va pas être routinière, facile ou rapide. Le vainqueur des élections tentera de gouverner seul, avec des ministres socialistes et indépendants, mais pas d'une autre formation politique. C'est ainsi que commenceront les négociations avec Podemos, auquel Sánchez proposera un pacte sur le programme mais pas un gouvernement de coalition. Cette approche s'oppose ouvertement à l'intention des gauchistes d'entrer dans l'exécutif.



Espagne, Le PSOE n'offre pas d'accord de Gouvernement à PODEMOS
Les premiers mouvements du Premier ministre sortant ont embrouillé les partis de centre-droit et mis la gauche mal à l'aise. En tant que plus haut représentant du parti qui a remporté les élections de dimanche dernier, le PSOE, Sanchez a appelé pour lundi et mardi les dirigeants du PP, Pablo Casado ; de Ciudadanos, Albert Rivera, et United We Can (UP), Pablo Iglesias. Dans cet ordre, dans le strict respect de la représentation parlementaire que chacun a obtenue aux élections. Bien que Casado et Rivera aient été manqués, il n'y a rien d'extraordinaire, selon des sources de La Moncloa, qui font référence à la demi-douzaine de fois que Pedro Sanchez a prétendu dans la campagne, et le même soir du dimanche après sa victoire électorale, qu'il allait appeler toutes les forces politiques. Il ne fait aucun doute, cependant, que les accords seront conclus en priorité avec  Podemos et le PNV, mais il s'agit d'essayer de rétablir une relation institutionnelle minimale avec les PP et les C, qui a été rompue depuis des mois. Il n'est nullement prévisible que le président parvienne à un accord avec Casado lors de sa réunion du lundi matin à La Moncloa, ni avec Rivera le mardi matin.
La rencontre de mardi après-midi avec le dirigeant de United We Can, Pablo Iglesias, suscite de nouvelles attentes. Il a été mauvais pour lui d'apprendre par les médias au sujet de ce cycle, dans lequel le PP et les citoyens sont, et il est le troisième. Ce n'est pas ce qu'Iglesias a interprété quand il a parlé avec Sanchez dimanche soir pour le féliciter de son succès électoral et ils ont accepté de se voir très bientôt. Au-delà des questions formelles, bien qu'elles ternissent quelque peu le début d'une nouvelle relation entre les deux, le problème initial est très fondamental. Iglesias veut que son parti fasse partie du gouvernement Sanchez, et le gouvernement Sanchez ne veut pas d'une coalition mais seulement d'un accord sur un programme. Reste à voir si le leader socialiste réussira, mais les signaux qu'il émet sont dans cette ligne et n'admettent aucun doute.

Le ministre par intérim des Travaux publics, et numéro trois du PSOE, José Luis Ábalos, a été chargé de les publier ce mercredi. "Notre intention est d'avoir un gouvernement comme le gouvernement actuel, seul, mais avec la volonté de parvenir à des accords avec d'autres parties, même si la préférence va au Podemos des Nations Unies, avec lequel il existe déjà une expérience de compréhension ", a expliqué le ministre. Ces déclarations d'Ábalos, lors du rassemblement du 1er mai à Madrid, étaient très explicites. "Il est logique de penser qu'avec les Nations Unies, nous pouvons avoir des accords de nature programmatique. Il est facile de parvenir à de tels accords. Quand les journalistes ont fait remarquer à Ábalos qu'Iglesias considère que le gouvernement de coalition est "essentiel" pour garantir la stabilité, le leader socialiste a simplement répondu : "C'est une évaluation subjective.
Mauvais départ

Les négociations ont mal commencé. Le ton d'inconfort qu'Iglesias a maintenu ce mercredi lorsqu'on l'a interrogé sur ce rendez-vous la semaine prochaine à La Moncloa a révélé son malaise pour l'organisation du calendrier et les invités à La Moncloa. Avec cette méfiance en toile de fond, Iglesias a déploré, également pendant la manifestation du 1er mai, que Sanchez ait donné la priorité aux partis de centre droit. "S'il doit rencontrer la droite, nous saurons de quoi ils parlent ", a dit M. Iglesias.

Le dirigeant de gauche a tenu pour acquis que Sanchez serait contraint d'exclure sa formation. "Il y aura des pressions pour que nous ne fassions pas partie du gouvernement. Nous sommes prêts à leur résister", a-t-il ajouté. L'offre que vous recevrez mardi de Sanchez pour négocier un programme est loin de répondre à vos attentes. M. Iglesias a glissé l'avertissement selon lequel ce n'est que s'il y a un gouvernement de coalition qu'il appuiera l'investiture de M. Sanchez. Le match a débuté mercredi dans une atmosphère de revendications syndicales où CC OO et UGT ont ouvertement demandé un exécutif de gauche. La veille, la CEOE avait conseillé un cabinet de centre-gauche, c'est-à-dire un accord entre le PSOE et Citizens, ce qui était exclu.


Henri Vario-Nouioua












Partageons sur FacebooK