Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
France
24/01/2019 - 21:40

Et si Macron démissionnait sous les menaces des Gilets Jaunes?

Je sais que je devrais plutôt continuer à répondre à la lettre referendum non affranchie du Président Macron et notamment à sa question N°3. Mais voilà qu'un Gilet Jaune fonce dans la tas et écrit à Emmanuel Macron une lettre menaçant d'organiser une «Nuit Jaune». Christophe Barbier en dit: «C'est clairement une lettre de menaces. Ils exigent un rendez-vous sinon il y aura la Révolution. Ils expliquent qu'ils ne craignent plus rien, que le peuple va prendre le pouvoir.»
Cette missive de DROUET et de ses gilets rendue publique sur les réseaux sociaux me semble vouloir sonner le glas du Grand débat de Macron dont il est constant que l'objet est d'éviter au Président de la République de démissionner. Rassurez vous je vais y répondre à ces questions. Peut-être à toutes, peut-être à certaines. Qui sait?
En l'état, les Gilets jaunes sont passés des revendications de pouvoir d'achat et de démocratie participative à la remise en question des institutions. Les enjeux que cela suppose impliquent une particulière vigilance de ce magazine et plus généralement de tous les citoyens.



Les Gilets jaunes ont déjà traîné l'effigie de Macron au bout d'une corde, ont marché sur l’Élysée. Leurs manifestations, directement ou indirectement, ont fait plus de 2000 blessés et une douzaine de morts. La menace de tuer la démocratie en prétextant s'en emparer me paraît évidente surtout que les Gilets jaunes ne condamnent pas la violence mais la justifient par, disent-ils, une violence plus grande exercée par le Gouvernement.

Le QI de certains de leurs leaders - qui d'ailleurs se désavouent régulièrement les uns les autres - est si bas qu'ils ne comprennent pas que, lorsque l'on assiste à des actes violents et que l'on ne les dénonce, l'on en devient mécaniquement et juridiquement complice objectif.

Dès les 17 novembre, alors que tout le monde définissait le mouvement des Gilets jaunes comme  étant «bon enfant», il était évident que cette faiblesse du Gouvernement de ne pas prendre en urgence les mesures sécuritaires nécessaires allait permettre, non pas une escalade des revendications issue d'une colère légitime, mais bien une volonté "d'aller chercher" Emmanuel Macron par la force.
Dans quel but? Pour le compte de qui? Citer le nom de Marine Le Pen pourrait conforter les Gilets jaunes anti-européanistes. Mais le sont-ils tous? Cela n'est pas certain.

Observons plutôt du côté des tenants de la Manif pour tous, ceux-là même qui voulaient revenir sur le mariage gay, l'IVG et envisager la famille comme celle que prônait Pétain.  Mais qui, pour les cas où les Gilets jaunes réussiraient leur nuit jaune et la prise de l’Élysée, recevrait le pouvoir? Peut-être le général De Villiers éconduit par Macron pour être sorti de son obligation de réserve en contestant le budget militaire tout en étant le chef d'état-major interarmes des armées. Qu'à cela ne tienne...

Nous pourrons évoquer le Bloc identitaire ou Action française, parti politique monarchiste, lequel, dans son site Internet, soutient les attaques faites aux institutions de la République. Le prétendant légitimiste Louis de Bourbon est-il derrière? Rien n'est certain. Mais si le pouvoir devenait vacant et nous étions en situation d'insurrection générale, l'option serait ouverte. Dans cette hypothèse, aurions-nous une monarchie parlementaire, de droit divin, ou même les deux? C'est absurde, me direz-vous, et la devise "Liberté Égalité Fraternité" serait en danger.

Envisageons à présent que la Président Macron démissionne suite à l'échec possible du Grand débat. Notre constitution prévoit que Gérard Larcher, président du Sénat, assure l'intérim dans le but d'organiser des élections présidentielles ou même générales. Il n'est pas, alors, interdit d’imaginer qu'au second tour des élections présidentielles, Gérard Larcher soit candidat face à Marine Le Pen. C’est là l'option la plus optimiste que je puisse vous offrir, non parce que je refuserais, si' j'en avais les moyens, une monarchie parlementaire mas parce que le souverainisme pourrait mettre en danger le projet fédéraliste européen, le virage énergétique et l'universalisme vers lesquels nous devons continuer à tendre.

A l'heure où j'écris ces lignes, Emmanuel Macron a entamé un tour de France et essaie de lancer le Grand débat avec des citoyens et des élus locaux. Il faut espérer que toutes les dispositions nécessaires à sa sécurité sont prises.



Henri Vario-Nouioua








Flashback :
< >

Jeudi 31 Janvier 2019 - 19:49 Rachat de credit et pouvoir d'achat.

Jeudi 31 Janvier 2019 - 09:17 Vegan ?

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League







Partageons sur FacebooK
Petites annonces