Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
05/04/2021 - 10:56

Éthiopie: Le G7 "vivement préoccupé" par la guerre civile dans le Tigré

Les pays du G7 se sont déclarés "fortement préoccupés" par les récentes informations faisant état de violations des droits de l'homme et du droit international dans la région éthiopienne du Tigré.



À la suite d'une guerre civile brutale, émaillée de massacres et de violences sexuelles armées qui, selon certains, s'apparentent à un génocide, le groupe des grandes puissances économiques a rappelé au premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, qu'il était tenu de demander des comptes aux personnes reconnues coupables de violations des droits de l'homme.

Les ministres des affaires étrangères du groupe ont déclaré qu'il était essentiel qu'une enquête conjointe en cours sur les crimes de guerre, menée par les Nations unies et le commissaire éthiopien aux droits de l'homme, soit véritablement "indépendante, transparente et impartiale".

"Nous condamnons le meurtre de civils, les violences sexuelles et sexistes, les bombardements aveugles et le déplacement forcé des habitants du Tigré et des réfugiés érythréens", ont-ils déclaré dans un communiqué. "Toutes les parties doivent faire preuve de la plus grande retenue, assurer la protection des civils et respecter les droits de l'homme et le droit international."

La guerre civile entre les forces centrales et le Front populaire de libération du Tigré (TPLF), autrefois puissant, qui a dirigé la nation pendant 30 ans, a éclaté en novembre, après des années d'intensification des tensions politiques à la suite de l'accession au pouvoir de M. Abiy en 2018 et de son accord de paix avec l'Érythrée, couronné par le prix Nobel de la paix, qui a isolé le TPLF.

M. Abiy a déclaré la victoire fin novembre, après que ses forces se sont emparées de la capitale régionale, Mekelle, avec peu de résistance. Quatre mois plus tard, la région dévastée est toujours militarisée et ses habitants continuent de subir de nouveaux traumatismes. Un rapport du gouvernement américain, qui a fait l'objet d'une fuite, accuse les forces nationales et érythréennes d'avoir "délibérément et efficacement rendu l'ouest du Tigré ethniquement homogène par le recours organisé à la force et à l'intimidation".

Selon la BBC, en février, quelque 2 millions de personnes ont été déplacées au cours de la guerre, dont les partis d'opposition estiment qu'elle a fait jusqu'à présent 52 000 morts, dont des femmes, des enfants et des chefs religieux - bien que le manque de communication ait occulté une grande partie du coût humain du conflit.

La nourriture étant déjà rare dans certaines régions avant les combats, les avertissements concernant la nécessité d'une aide internationale pour éviter une "catastrophe humanitaire" ont rapidement fait surface.

Le G7 a déclaré vendredi qu'il était "préoccupé par l'aggravation de l'insécurité alimentaire, les conditions d'urgence prévalant dans de vastes zones du centre et de l'est du Tigré", et a exhorté toutes les parties concernées à "assurer un accès humanitaire immédiat et sans entrave".

Alors que les insurgés du TPLF continuent de combattre les forces centrales, Reuters rapporte que, ces dernières semaines, des dizaines de milliers de personnes ont également été déplacées en raison de la reprise des conflits fonciers avec les troupes et les miliciens de l'Amhara voisin, qui affirment que les Tigréens ont volé de vastes étendues de leurs terres pendant les trois décennies de pouvoir du TPLF.

Cette décision intervient alors qu'une série d'enquêtes menées cette semaine ont permis de faire la lumière sur les atrocités commises au Tigré et semblent déjà accroître la pression internationale sur M. Abiy, qui a déclaré au parlement de son pays le 30 novembre, après avoir revendiqué la victoire, que "pas un seul civil n'a été tué".

En compilant l'un des dossiers les plus complets sur les massacres de civils dans la région, une équipe de l'université de Gand a recensé 1 942 victimes et plus de 150 massacres (définis comme des incidents au cours desquels cinq civils non armés ou plus sont morts), dont 20 auraient eu lieu au cours du mois dernier.

En extrayant des informations d'un réseau d'informateurs, de témoins et de membres de familles en deuil, ils ont découvert que seulement trois pour cent des victimes civiles qu'ils ont identifiées - allant de nourrissons à des nonagénaires - avaient été tuées par des frappes aériennes ou des tirs d'artillerie, la plupart ayant péri lors d'exécutions sommaires ou de massacres organisés, dont les deux parties ont été accusées.

Outre les près de 2 000 "victimes civiles entièrement documentées", leur enquête sur les médias sociaux et les rapports de la presse locale et des ONG a dénombré plus de 7 000 décès civils signalés.

Dans les cas où la responsabilité de la mort des personnes identifiées a été attribuée, les forces érythréennes en ont assumé 43 % et les soldats éthiopiens 18 %, 18 % supplémentaires mentionnant que "les soldats éthiopiens ou érythréens ont conjointement commis les meurtres".

Ayant longtemps nié l'implication des troupes érythréennes, qui font l'objet d'allégations américaines de nettoyage ethnique, M. Abiy a récemment annoncé leur retrait de la région. Dans sa déclaration de vendredi, le G7 a insisté sur le fait que ce retrait devait être "rapide, inconditionnel et vérifiable".


Pendant ce temps, une autre enquête conjointe de la BBC, de Bellingcat et de Newsy a mis en lumière un massacre présumé en janvier près de la ville de Mahbere Dego, prétendant révéler le lieu précis d'une atrocité au cours de laquelle au moins 15 hommes auraient été exécutés par des personnes portant des uniformes militaires éthiopiens.

Un habitant a déclaré que 73 hommes avaient été emmenés par des soldats et étaient toujours portés disparus, dont trois de ses proches.

La BBC a rapporté qu'une voix dans un clip des meurtres pouvait être entendue disant en amharique, la principale langue de l'Éthiopie : "J'aimerais que nous puissions verser du gaz sur eux et les brûler", ce à quoi une autre voix répond : "Cela aurait été formidable s'il y avait eu du gaz pour brûler ces gens... Brûler leurs corps comme le font les Indiens".

Un autre clip semble suggérer que les agresseurs pensent que leurs victimes appartiennent au TPLF, un homme armé utilisant un terme d'argot pour désigner le mouvement en disant : "C'est la fin de woyane .... Nous n'avons pas de pitié".

Bien que les travaux de l'équipe de Gand suggèrent que plus de 90 % des morts civiles sont des hommes, les rapports faisant état de l'utilisation systématique du viol comme outil de génocide et comme arme d'oppression des femmes ont incité l'ONU à demander la semaine dernière la fin immédiate des "attaques aveugles et ciblées contre les civils, y compris le viol et d'autres formes horribles de violence sexuelle".

Dans un rapport faisant état d'allégations de viols collectifs et de meurtres commis par des soldats, The Telegraph a indiqué que des centaines de femmes cherchaient à obtenir une contraception d'urgence et des médicaments de prévention du VIH après avoir subi des violences sexuelles dans le Tigré, où, selon les Nations unies, seuls 13 % des établissements médicaux sont encore opérationnels. Des milliers d'autres personnes seraient touchées mais ne sont pas connues des médecins.

Un médecin de la ville de réfugiés soudanais de Hamdayet a déclaré à CNN : "Les femmes qui ont été violées disent que les choses qu'ils leur disent lorsqu'ils les violent, c'est qu'elles doivent changer d'identité - soit les amhariser, soit au moins quitter leur statut de Tigrinya... et qu'ils sont venus là pour les purifier... pour purifier la lignée sanguine."

"Pratiquement, cela a été un génocide", a ajouté le Dr Tedros Tefera.

Alors que le ministre érythréen de l'information a nié catégoriquement l'implication de ses troupes dans les abus - dont les allégations ont été, selon lui, "fabriquées" - M. Abiy a reconnu les allégations en début de semaine, déclarant : "Tout membre de la défense nationale qui a commis des viols et des pillages à l'encontre de nos sœurs tigréennes sera tenu pour responsable."

Dans leur déclaration, les dirigeants du G7 ont réitéré leurs appels à la fin de la violence "et à la mise en place d'un processus politique inclusif clair, acceptable pour tous les Éthiopiens, y compris ceux du Tigré, qui conduise à des élections crédibles et à un processus de réconciliation nationale plus large".

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest