Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub        pub

Consultez nos voyants, marabouts, mediums
soyez-y!

Europe
25/06/2021 - 21:31

"Être homosexuel n'est pas un choix, être homophobe l'est"

Les dirigeants de l'Union européenne ont dénoncé le premier ministre hongrois à propos de la nouvelle législation de son pays qui interdit de montrer aux enfants des contenus sur les questions LGBT. La majorité des dirigeants ont insisté sur le fait que la discrimination ne serait pas tolérée dans le bloc des 27 nations et ont déclaré à Viktor Orban que la nouvelle loi hongroise allait à l'encontre des valeurs fondamentales de l'UE.



"Être homosexuel n'est pas un choix, être homophobe l'est", a déclaré le Premier ministre belge, Alexander De Croo, à M. Orban lors de la réunion, a indiqué un diplomate européen à l'Associated Press.

Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a lancé une attaque virulente, suggérant à M. Orban d'activer la même clause du traité de l'Union que celle utilisée par la Grande-Bretagne pour quitter l'Union s'il n'est pas satisfait des principes de l'UE, selon un autre diplomate.

La ministre hongroise de la justice, Judit Varga, a déclaré sur Twitter que la Hongrie n'avait aucune intention de quitter l'UE. "Au contraire, nous voulons la sauver des hypocrites", a-t-elle déclaré.

Accueillant le sommet à Bruxelles, le président du Conseil européen Charles Michel a rappelé que des valeurs telles que la liberté, la tolérance et la dignité humaine sont au cœur de l'UE, a indiqué un autre diplomate. Ils ont ajouté que la discussion était "un débat approfondi et parfois même émotionnel".

La loi a été signée mercredi par le président hongrois, Janos Ader, après avoir été adoptée par le Parlement hongrois la semaine dernière.

Elle interdit de communiquer des contenus sur l'homosexualité ou le changement de sexe à des personnes de moins de 18 ans dans le cadre de programmes d'éducation sexuelle dans les écoles, de films ou de publicités. Le gouvernement affirme que cette mesure protégera les enfants, mais les critiques affirment qu'elle associe l'homosexualité à la pédophilie.

S'exprimant à son arrivée à la réunion de Bruxelles, M. Orban a exclu de retirer la loi, insistant sur le fait qu'elle ne vise pas les homosexuels.

"Il ne s'agit pas de l'homosexualité, il s'agit des enfants et des parents", a-t-il déclaré. "Je défends les droits des homosexuels, mais cette loi ne les concerne pas".

Cette affaire a braqué les projecteurs sur l'incapacité de l'Union européenne à maîtriser les "démocraties illibérales" présentes dans ses rangs, comme la Hongrie et la Pologne, dont les gouvernements profondément conservateurs, nationalistes et hostiles aux migrants bafouent depuis des années les normes et valeurs démocratiques de l'Union.

Le premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, qui est ouvertement gay, a déclaré que la loi hongroise stigmatisait davantage les homosexuels et devait être combattue.

"Le plus difficile pour moi a été de m'accepter lorsque j'ai réalisé que j'étais amoureux de cette personne de mon sexe", a-t-il déclaré. "C'était difficile à dire à mes parents, difficile à dire à ma famille... nous avons beaucoup de jeunes qui se suicident parce qu'ils ne s'acceptent pas, comme ils sont."

Dans des messages coordonnés sur Twitter, plusieurs dirigeants européens ont écrit que "la haine, l'intolérance et la discrimination n'ont pas leur place dans notre Union. C'est pourquoi, aujourd'hui et chaque jour, nous défendons la diversité et l'égalité LGBTI afin que nos générations futures puissent grandir dans une Europe d'égalité et de respect".

Beaucoup ont joint à leurs tweets une lettre adressée au président du Conseil européen, Charles Michel, qui a accueilli leur sommet, ainsi qu'à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui ont également participé à la réunion.

La lettre, signée par les dirigeants de la France, de l'Allemagne, de l'Italie et de l'Espagne, entre autres, dit ceci : "Le respect et la tolérance sont au cœur du projet européen.

"Nous nous engageons à poursuivre cet effort, en veillant à ce que les futures générations européennes grandissent dans une atmosphère d'égalité et de respect."

Victor Delhaye-Nouioua



Lu 169 fois






Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest