Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
01/07/2008 - 17:09

Face au refus de la Pologne de ratifier le traité de Lisbonne, Paris veut discuter


La France, qui assure depuis mardi la présidence de l'UE, va avoir des "discussions" avec Varsovie pour "voir comment sortir" de la situation provoquée par le refus du président polonais Lech Kaczynski de ratifier le traité de Lisbonne, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.



Face au refus de la Pologne de ratifier le traité de Lisbonne, Paris veut discuter
 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
"Evidemment, on va avoir des discussions avec les autorités polonaises, et sans doute au plus haut niveau, pour essayer de voir comment sortir de cette situation", a déclaré à la presse le porte-parole du ministère, Eric Chevallier.

Interrogé sur les moyens que la France pourrait utiliser, il a souligné que "le terme pression n'est certainement pas celui qu'on emploierait".

Dans une interview publiée mardi, le président Kaczynski a annoncé qu'il ne ratifierait pas le traité européen de Lisbonne, estimant qu'il était "sans objet" après son rejet par les électeurs irlandais.
M. Chevallier s'est employé à minimiser la portée de l'attitude du président polonais.

"Ce n'est pas un refus polonais de ratifier. Le président polonais a dit que pour le moment il a choisi de surseoir à la signature de cette ratification. Il n'a pas dit je ne signerai jamais, il a dit pour le moment", a relevé M. Chevallier.

"On va reprendre les discussions" avec les Polonais, a indiqué pour sa part une source à la présidence française.

"Le président polonais n'a jamais été un partenaire spécialement facile de la construction européenne", a ajouté la même source, expliquant qu'elle ne voyait "pas comment il pourrait défier la volonté du Parlement" polonais, qui a voté la ratification du traité de Lisbonne.

"Pour des pays comme la Pologne, le meilleur argument c'est l'élargissement", ajoute-t-on à l'Elysée.

"Ce n'est pas une menace, c'est simplement un constat (...) si le nouveau traité n'est pas appliqué, c'est l'ancien qui le sera, donc Nice, et il dit que nous ne pouvons pas aller au-delà des 27 sans modifier les institutions", poursuit-on.

"Ca a été une grave erreur d'élargir l'Europe avant de réformer les institutions, mais nous n'allons pas répéter la même erreur", a-t-on assuré à la présidence française.

Source: yahoo news

Arame Diène



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo