Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Sénégal d'Aujourd'hui
28/07/2008 - 13:18

Farba Senghor déclare la guerre à la presse

Dakar-Farba Senghor a encore parlé. Le chargé de la Propagande du Parti démocratique sénégalais (PDS au pouvoir), a appelé le gouvernement du Sénégal ainsi que tous les services publics à boycotter la presse et à appliquer des mesures coercitives fiscales afin de faire "revenir à la raison" la presse qui a décidé d’engager une bataille pour réclamer justice depuis l’agression, le 25 juin dernier, de deux journalistes par des policiers.



Invité dans le journal télévisé , le chargé de la propagande du PDS et ministre des Transports aériens, Farba Senghor, a appelé les autorités publiques et les militants de son parti a engagé une bataille contre la presse.

En fait, ces menaces s’adressent aux journaux et radios qui avaient décidé d’observer la journée sans presse du lundi dernier ainsi que les hebdo qui ne sont pas parus durant cette semaine dans le but de revendiquer justice après l’agression de deux journalistes par des policiers, le 25 juin dernier. Farba Senghor a, en effet, exclu de ce combat "pour la survie du gouvernement" les organes de presse qui ne sont pas solidarisés à cette lutte.
"Si nous ne faisons pas attention, nous allons nous faire enlever par ces medias. Le gouvernement doit se battre. L’affaire Kambel Dieng ne relève pas de la profession de journaliste. Il a reçu la riposte qu’il faut. Dans aucun pays, on ne frappe un policier. Quand votre adversaire ne mesure pas votre force et votre capacité, il vous foule au pied", a déclaré Farba Senghor.

Par conséquent, il a appelé les autorités publiques et les militants du PDS à opérer un redressement fiscal contre ces journaux, à boycotter la presse et à ne plus acheter les journaux concernés par cette sentence.

Il a également demandé aux services nationaux de lier l’aide à la presse au respect de l’éthique et de la déontologie dans les rédactions. "Si quelqu’un n’hésite pas à vous combattre politiquement on ne peut pas croiser les bras et se faire écraser", a t-il ajouté avant de préciser : "La Presse veut régner en maître".

Et de poursuivre : "le synpics a le droit de mener un combat professionnel mais il est ligoté par un groupe de médias. L’Etat a le devoir de faire face s’il veut survivre".
Farba Senghor veut ainsi montrer à la presse que "les forces ne sont pas égales" et les journalistes auraient tort de s’attaquer à plus fort qu’eux.

"Si la presse revient à de meilleurs sentiments, nous ferons de même, sinon nous continuerons la lutte", a-t-il ajouté.

Source: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel






Partageons sur FacebooK
Petites annonces