Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Sport
27/02/2008 - 16:04

Football-Racisme: la Ligue se penche jeudi sur la deuxième affaire Kébé


La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) va se pencher jeudi soir, réservant son verdict pour plus tard, sur la 2e affaire Kébé, celle des banderoles racistes déployées dans les tribunes bastiaises visant le joueur de Libourne/Saint-Seurin.



La commission a convoqué jeudi soir Charles Orlanducci, président bastiais, Pierre-Paul Antonetti, président du directoire du Sporting Club Bastia et Pierre Antoniotti, responsable de la sécurité du club corse.

La LFP ne devrait pas rendre son jugement ce jeudi mais mettre ce dossier à l'instruction, pour un délai qui n'est pas encore déterminé.

Il faudra du temps pour examiner tous les paramètres de cette histoire depuis l'apparition vendredi dernier avant le match Bastia-Libourne des banderoles "Kébé, on n'est pas racistes"; "La preuve, on t'enc...".

Le club corse a ainsi confirmé dès lundi que les caméras de surveillance du stade de Bastia n'ont pas fonctionné pendant une trentaine de minutes (19H55 à 20H30), avant le coup d'envoi de la rencontre, moment où des banderoles étaient déployées.

"Je n'ai pas été à la hauteur, puisque les banderoles sont rentrées, a déjà reconnu Pierre-Paul Antonetti sur RTL. Je le répète, je prends mes responsabilités. C'est ma faute, il n'y a pas de problème, j'assume."

"La banderole a été déployée par des gamins d'une quinzaine d'années, alors que les instigateurs (...) se cachent", a-t-il poursuivi.

"Le club ne peut pas payer les conséquences de leurs actes".

Le parquet de Bastia a ouvert une enquête pour injures publiques à caractère raciste et incitation à la haine raciale. La LFP a porté plainte lundi contre les auteurs de la banderole raciste.

"Nous allons voir avec les autorités pour que ces personnes là soient interdites de stade, car le club ne peut pas payer les conséquences de leurs actes", détaille encore M. Antonetti.

Pierre-Paul Antonetti a par ailleurs confié à RMC que "le club est responsable mais pas les joueurs de foot", indiquant qu'il préférerait une sanction (devant les instances sportives) par "huis clos" plutôt qu'un retrait de point comme dans la première affaire Kébé.

Dans ce premier volet, le joueur burkinabé de Libourne avait été victime d'insultes racistes au match aller en Gironde, auxquelles il avait répondu par un doigt d'honneur qui lui avait valu un carton rouge. Le club de Bastia avait été condamné à un point de pénalité au classement.

Le club corse a contesté cette sanction sportive, se tournant vers le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), qui a approuvé ce retrait de point. Un avis que le SCB refuse de suivre, décidant de "continuer à se battre" juridiquement pour récupérer le point perdu malgré le nouvel épisode des banderoles, en estimant que les deux affaires sont "différentes".

Par ailleurs, un autre joueur de Libourne, Mohamed Dennoun, a déclaré sur RMC mardi soir avoir été victime de "propos racistes" à Bastia vendredi dernier.

Yahoo.fr


M.D/sourcesWeb







Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel






Partageons sur FacebooK
Petites annonces