Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
13/07/2015 - 19:45

Grèce: la férocité inouie de l'Eurogroupe

Les négociations entre la Grèce et les pays membres de la zone euro achoppaient hier sur la confiance que l'on pouvait accorder ou non à la Grèce et à son premier ministre Alexis Tsipras pour mettre en œuvre les réformes jugées indispensables. Au final, et à condition que les parlements allemands, français, finlandais, autrichiens, estoniens, lettoniens et slovaques entérinent l'accord négocié, la Grèce restera dans la zone euro et pourra obtenir des aides financières.
Pour ce qui concerne la dette, la Grèce a obtenu un report des échéances mais pas sa restructuration alors que les observateurs, notamment le FMI, selon metronews.fr, "s'accordent à dire que la dette grecque, dont le montant est aujourd'hui de 320 milliards d'euros, est insoutenable et qu'il faudrait en annuler une partie".
En contrepartie, les Grecs, après accord du parlement, devront renoncer à des mesures prises précédemment par le gouvernement d'Alexis Tsipras et faire voter d'ici mercredi un cortège de lois conduisant le pays à la récession. L'Allemagne est de plus en plus montrée du doigt. Revue de presse:



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Tsipras, sonné par un accord violent, mais pas encore KO en Grèce
L'économiste français Charles Wyplosz, professeur à l'Institut des hautes études internationales et du développement de Genève, généralement modéré, n'en revenait pas : "C'est le couteau sous la gorge (...), une invasion sans les troupes au sol, d'une férocité inouïe (...), je n'aurais jamais imaginé que des chefs d'Etat et de gouvernement se laissent aller à une telle vindicte", s'exclamait-il. (lemainelibre.fr)

Plan d'aide à la Grèce: les points clés d'un accord à l'arraché
Prudente, la chancelière allemande Angela Merkel a souligné que si l'accord trouvé lundi comprend "une large palette de réformes au moyen desquelles, je crois, la Grèce a la chance de revenir sur le chemin de la croissance", "le chemin sera long et, si j'en crois les négociations de cette nuit, difficile". (metronews.fr)

Pour la Grèce, la privatisation, une bonne solution?
Les Grecs étaient prévenus : les Allemands durciraient le ton après le référendum. Dans l'accord qui a été arraché lundi 13 juillet entre le gouvernement Tsipras et ses créanciers, il est prévu un certain nombre de mesures d'austérité, dont certaines n'étaient même pas au programme dans les précédents accords. Il est notamment annoncé la privatisation d'entreprises publiques à hauteur de 50 milliards d'euros, des recettes qui seront gérées par un fonds implanté en Grèce mais supervisé par les institutions européennes. Pour Eric Dor, enseignant à l'Ieseg, "c'est un peu comme si l'on bradait les bijoux de famille".

Grèce : la gauche radicale française dénonce «un coup d'Etat financier»
La pilule ne passe pas plus du côté de Jean-Luc Mélenchon. Le député européen dénonce «un accord négocié le pistolet sur la tempe de Tsípras». Selon lui, le responsable de cette situation est tout trouvé : l’Allemagne. «L’ambiance a été détestable, on voit se dessiner un nouveau visage de l’Europe fait de brutalité et de l’omnipotence du gouvernement allemand. Ils mettent l’Europe en danger pour la troisième fois.»

 

Henri Vario-Nouioua






Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo