Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
Rss
pour y être
Infos Business
16/01/2020 - 18:01

Histoire de l'Europe

L'Union européenne est une organisation extrêmement compliquée, que nous connaissons peu, même si elle a une influence énorme sur notre vie quotidienne. Pour comprendre le monde dans lequel nous évoluons, il est fondamental de savoir comment il fonctionne, quels sont les mécanismes de prise de décision et de connaître les principales politiques qui l'animent. Mais il est également crucial de décider de l'Europe que nous voulons. Comment l'UE fonctionne-t-elle ? Quels sont les organes de décision ? À quoi sert le Parlement européen ? Qu'en est-il de l'antitrust européen ? Pourquoi le marché unique est-il né ? Pourquoi avons-nous adopté l'euro ? Est-il vrai qu'il n'a servi qu'à l'Allemagne ? Et est-il vrai que nous ne pouvons pas dépenser les fonds européens ?



Quels sont les principes de l'Union ?

Nous oublions souvent ce que signifie vivre dans un pays vraiment démocratique qui respecte les droits de ses citoyens. Nous tenons les droits acquis pour acquis, mais ce n'est malheureusement pas le cas. À la base de l'Union européenne, il y a quelques principes communs qui étaient déjà présents dans les traités établissant la CEE et qui ont été définis plus en détail dans les traités ultérieurs, le plus récemment le Traité de Lisbonne de 2007. Ce sont des valeurs fondatrices de l'UE, qui est régie par l'État de droit. Aucun État membre ne peut les ignorer, comme la Pologne et la Hongrie le savent bien, et la Commission européenne leur a donné un signal d'alarme parce qu'elle estime qu'il y a une menace pour l'État de droit. Les valeurs de l'Union européenne sont clairement énumérées à l'article 2 du traité de Lisbonne : " L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'État de droit et de respect des droits de l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l'égalité entre les femmes et les hommes". Les États qui veulent faire partie de l'UE doivent respecter ces valeurs et ce modèle de société.

Commission européenne, est-ce qu'on peut choisir le président ?

Le système du "Spitzenkandidat", qui signifie en allemand "leader", c'est-à-dire le principal candidat, a été utilisé pour la première fois en 2014 : les partis politiques européens ont déjà indiqué dans la campagne de l'UE qui serait choisi comme président s'ils gagnaient. C'est ainsi que Jean-Claude Juncker, "Spitzenkandidat" du PPE, a été choisi pour diriger la Commission. Le Parlement européen a réitéré que c'est le système qui sera également utilisé pour indiquer le leadership du nouvel exécutif. Par conséquent, sur la base des résultats des élections, l'un des principaux candidats sera élu président de la Commission par le Parlement européen, sur proposition formelle du Conseil des chefs d'État et de gouvernement. Le Parti populaire européen (PPE) a proposé la candidature de l'Allemand Manfred Weber. Le candidat du Parti socialiste européen (PSE) est le Néerlandais Frans Timmermans. Le Groupe des Conservateurs et Réformistes européens (Ecr) a nommé le Tchèque Jan Zahradil. L'Alde a décidé d'identifier un groupe de leaders et pas seulement un : Margrethe Vestager, l'ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt et l'Italienne Emma Bonino font partie de l'équipe candidate. Il y a deux candidats pour le Parti vert européen : l'Allemand Ska Keller et le Néerlandais Bas Eickhout. Deux noms également pour le Parti de la Gauche européenne : la Slovène Violeta Tomi et le Belge Nico Cué. 

L'Allemagne est la locomotive de l'Europe, en décembre 2018 le taux de chômage était de 3,3%, le taux italien était de 10,3%. Berlin a sans aucun doute beaucoup profité de l'euro. Mais l'Italie a aussi eu des avantages, seulement elle n'a pas su bien les utiliser. Le premier constat concerne le pouvoir d'achat des familles, les salaires et les retraites : l'euro l'a préservé car l'inflation a cessé de courir depuis qu'il n'était plus possible de dévaluer la monnaie pour retrouver la compétitivité (en 1980, l'inflation atteignait 20,2%, en 1990 6,5% et en 1999, année d'entrée dans l'euro, 1,7% avant d'atteindre un pic de 3,3% en 2008, lorsque la crise financière mondiale a éclaté). Le discours que vous soyez chirurgien esthétique ou dentiste devient plus articulé si l'on considère l'impact de l'euro sur l'ensemble de l'économie italienne. Comme l'explique Carlo Altomonte, professeur d'économie de l'intégration européenne à l'Université Bocconi, "l'Italie est un cas emblématique" : "Entre 1990 et 1999, donc avant l'introduction de l'euro, l'Italie enregistrait déjà le plus faible taux de croissance cumulé par rapport aux autres partenaires qui allaient participer ultérieurement à la monnaie unique. Entre 1992 et 1995, suite à l'augmentation de la dette publique, l'écart entre l'Italie et l'Allemagne a dépassé 600 points. Cependant, en s'engageant dans la voie de l'introduction de l'euro, l'Italie a bénéficié d'économies considérables sur ses comptes publics : les taux d'intérêt du Btp à 10 ans sont passés de 13,5 % en 1995 à 4 % en 1999. Mais ces économies, quantifiables en plusieurs centaines de milliards de lires, ne sont pas pleinement exploitées pour réformer le pays, qui continue en fait à faire face à un déficit de compétitivité avec d'autres partenaires".

Josie Bonnet









Flashback :
< >

Dimanche 26 Janvier 2020 - 20:11 Augmentation mammaire Paris

Dimanche 26 Janvier 2020 - 20:07 Augmentation mammaire Paris

Dimanche 19 Janvier 2020 - 21:08 Abdominoplastie ? Pour maigrir ?

Infos Business | Italia