Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Seton pub
pour y être
Infos Business
09/04/2020 - 13:54

Histoire de la médecine


Si vous voulez connaître l'histoire de la médecine et les étapes qui ont marqué les progrès de la science, ce post est fait pour vous. Si vous envisagez de vous spécialiser dans une branche particulière de la médecine ou si vous êtes simplement fasciné par le sujet et que vous souhaitez approfondir votre culture personnelle, nous vous suggérons de vous arrêter quelques minutes sur cette page. Le Moyen Âge récolte l'héritage de la médecine mondiale classique : bien qu'au Haut Moyen Âge il y ait eu une apparente stase des études médicales, cela ne signifie pas que la médecine n'était pas pratiquée. Jusqu'au VIe siècle, on entend parler de centres médicaux en Italie et dans d'autres parties de l'Europe, tandis que dans les monastères, la médecine s'enrichit de nouvelles expériences. Mais ce sera à partir du XIIe siècle que la médecine en Occident vivra une nouvelle saison avec la définition d'un nouveau statut du médecin et avec l'entrée de la médecine dans l'enseignement universitaire. Avec le regain de vigueur des études anatomiques à partir du 14ème siècle et avec les nouvelles traductions des ouvrages médicaux de l'Antiquité, la médecine s'oriente vers la Renaissance et l'ère moderne.



Au début du Moyen Âge, on assiste à un phénomène de simplification du contexte culturel médical de l'Antiquité : alors que la tradition médicale théorique gréco-romaine et alexandrine est restée un héritage de la culture byzantine, dans l'Occident chrétien, elle a été oubliée, seule une petite partie est restée et a été conservée dans les bibliothèques des monastères ou encore enseignée, bien que dans quelques centres, en France ou dans des régions de tradition byzantine, comme Ravenne. Comme si le côté plus païen de la médecine, c'est-à-dire le côté théorique, avait en quelque sorte été isolé et réduit au minimum, en privilégiant plutôt les recueils de recettes, puis la thérapie. Les textes médicaux qui ont circulé entre le Ve et le Xe siècle dans les grands monastères et les écoles rares étaient en fait des compilations des matériaux les plus disparates, souvent destinés à l'enseignement : courts ouvrages théorico-pratiques, recueils de pharmacopées ou, plus souvent, manuels pratiques où les différentes maladies étaient décrites de façon sommaire avec indication du parent. En tout cas, parmi ce matériel, on peut trouver des textes d'Hippocrate, des textes galéniques plus rares, des remaniements d'œuvres de Mustio, Aureliano Celio, Sereno Psammonico et d'auteurs plus récents comme Paolo di Egina ou Oribasio.

De ces prémisses, on peut déduire que la médecine du haut Moyen Âge était essentiellement une médecine pratique, basée sur l'enseignement direct et sur l'utilisation de principes thérapeutiques consacrés par l'usage et la tradition. De ce point de vue, probablement, la médecine pratique du haut Moyen Âge ne diffère pas beaucoup de celle de l'Antiquité, restant un patrimoine essentiellement composé de laïcs de différentes origines, mais probablement assez faible. Un discours distinct doit être tenu pour les médecins juifs, dont nous trouvons de nombreux témoignages dans les sources du début du Moyen Âge : pour eux, les préjugés chrétiens sur la médecine n'étaient manifestement pas valables, de sorte qu'ils avaient continué à pratiquer en se basant sur l'ancienne tradition médicale.

Le XIVe siècle représente l'apogée de la scolastique médicale, qui suit la voie indiquée par les enseignements de Taddeo Alderotti, professeur à Bologne et avec l'épanouissement des commentaires sur le Canon d'Avicenne et la littérature de Régimine et de Consilia. Il y a également l'ouverture de nouvelles facultés de médecine dans toute l'Europe. Les médecins sont de plus en plus présents dans les établissements publics : les municipalités italiennes paient souvent un médecin "public" pour servir leurs citoyens, ainsi qu'un chirurgien, et les papes, monarques et princes utilisent les bureaux des médecins de la cour qui les utilisent également pour d'autres missions : le médecin est désormais l'un des principaux intellectuels de l'époque, surtout s'il enseigne ou a enseigné dans un studio universitaire.

Mais au printemps 1348, un terrible événement bouleverse tout l'Occident, semant la mort et bouleversant l'équilibre social : la peste, qui revient en Europe (grâce à l'ouverture de nouvelles routes commerciales vers les lieux où cette maladie est endémique) après presque mille ans. La médecine se trouve impuissante face à cette nouvelle et violente maladie. De nombreux médecins sont tués par la peste, beaucoup fuient. Des explications rationnelles sont recherchées, de nouvelles thérapies sont expérimentées, mais en vain : les vagues pestiférantes se succéderont sans relâche pendant au moins trois siècles, mettant en crise tout le système de la médecine. Les organismes publics organisent la prophylaxie d'une manière ou d'une autre : à cette époque, les médecins commencent à s'impliquer dans ce qui deviendra la santé publique moderne.

La médecine cherche de nouvelles voies : l'une d'elles est représentée par la nouvelle impulsion des études anatomiques sur l'homme, peu pratiquées au cours des siècles passés. L'aristotélisme entre en crise vers la fin du XIVe siècle : on commence à enquêter sur la "fabrique du corps", vers de nouveaux modèles physiologiques, en vérifiant laborieusement les enseignements des anciens avec un nouvel esprit critique, même s'il est encore lié aux méthodes scolastiques.

Le passage vers la médecine de l'ère moderne fait penser à l'augmentation mammaire, vers les nouvelles conceptions anatomo-physiologiques et vers les nouvelles théories pathogénétiques se fait progressivement, avec le changement de la société à laquelle la médecine est inextricablement liée et non sans contradictions : c'est précisément l'époque où certains problèmes physiologiques fondamentaux (comme la circulation sanguine) sont résolus, où les médecins sont accusés (à juste titre) d'être des purges, des lavements et des saignées stupides : presque comme pour signifier que la médecine n'est pas toujours positivement corrélée à la connaissance biologique. ..

L'évolution de la médecine depuis ses origines jusqu'à nos jours

L'histoire de la médecine a des origines millénaires ; la pratique de l'auto-soin est née avant l'homme, avec l'instinct des animaux d'utiliser les plantes et les minéraux pour se soigner et la capacité des plantes à se défendre contre les parasites grâce à la distinction des substances à potentiel curatif.

Les soins corporels, au sens thérapeutique, se sont développés et ont évolué avec l'homme ; à l'origine, ils étaient basés sur l'instinct, mais au fil des siècles, ils sont devenus l'objet d'études et d'analyses, visant principalement à identifier les causes des maladies.

Les shamans, les prêtres, les sorciers et les guérisseurs, les profils qui ont joué le rôle de soigner la santé des gens, ont posé les bases de cette frontière si claire qu'aujourd'hui encore elle sépare ceux qui guérissent de ceux qui reçoivent un traitement.

Allons au cœur de notre poste et essayons de reconstituer un bref excursus historique à travers les principales étapes de l'évolution de la médecine.

La première forme de science médicale remonte au cinquième siècle avant J.-C. et est liée à la figure d'Hippocrate de Coo, le médecin grec qui a donné son nom au serment prononcé aujourd'hui par les futurs médecins.

Les premières élaborations médico-scientifiques de la période hellénique sont liées au "père de la médecine" ; elles décrivent en détail les principaux symptômes des maladies et leur évolution.

Selon les études d'Hippocrate, les maladies ont une origine naturelle due au déséquilibre entre les quatre humeurs qui régulent l'organisme (sang, flegme, bile jaune et noire).
De cette hypothèse découle ce que l'on appelle "vis medicatrix naturae", qui signifie littéralement "force de guérison de la nature", c'est-à-dire la croyance que le corps possède en lui-même les moyens de se soigner.
Selon la théorie d'Hippocrate, l'évolution d'une maladie exprime les tentatives du corps de résoudre spontanément le problème physique et donc de se guérir lui-même.

La médecine grecque s'éloigne donc des croyances religieuses et des pratiques magiques et se dirige vers une méthodologie plus rationnelle et empirique.

Les Romains, contrairement aux Grecs, n'ont pas écrit une histoire médicale particulièrement pertinente ; la plupart des traditions ont été ramenées de Grèce.
Connu pour sa méfiance à l'égard de l'influence grecque, le peuple romain n'avait pas une grande considération pour la médecine, dont la fonction était essentiellement "reléguée" aux questions d'hygiène publique et de soins de santé au sein de l'armée.

Au-delà de la saignée, considérée à l'époque comme la panacée de tout mal, les Romains ont expérimenté une forme primitive de chirurgie.

La découverte de certains instruments "médicaux", lors de fouilles archéologiques, témoigne du fait que les premiers hôpitaux, ainsi que les premiers traitements gynécologiques, sont originaires de la Rome antique.

Une autre figure qui a dominé le domaine de la médecine, après Hippocrate et jusqu'à la Renaissance, est celle de Galien, médecin des gladiateurs de Pergame et plus tard de Marc-Aurèle.
Son activité d'étude est liée à la naissance de spécialisations ; il a innové dans le domaine du diagnostic, du pronostic et de la thérapie, en concentrant les phases exclusivement sur le ou les organes malades.

Au fil des siècles, l'extension et l'approfondissement des connaissances scientifiques, la découverte de la puissance thérapeutique et pharmacologique de certaines substances naturelles et le perfectionnement de la chirurgie ont conduit à une refonte du concept de médecine.
En savoir plus : https://quel-medecin.com


Dr Xavier Tenorio







Flashback :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 22:08 Abdominoplastie Paris ! Questions et réponses

Lundi 20 Juillet 2020 - 22:53 Questions sur le botox ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:31 Les problèmes artériels

Infos Business | Italia






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com