Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Seton pub
pour y être
Infos Business
19/07/2020 - 15:42

Histoire de la pharmacologie


Daniel Bovet est né à Neuchâtel (Suisse) le 23 mars 1907, fils de Pierre, professeur de philosophie à l'Université de Neuchâtel, et d'Amy Babut. À l'Université de Genève, Bovet a obtenu une licence en sciences de la vie en 1927 et un doctorat en sciences naturelles en 1929 avec une thèse en zoologie et anatomie comparée



 La même année, il entre à l'Institut Pasteur à Paris, dans les laboratoires de chimie thérapeutique dirigés par Ernest Fourneau. Il y travaille d'abord avec les différents grades d'assistants (1929-39), puis comme chef de laboratoire (1940-47), et rencontre sa future collaboratrice et épouse Filomena Nitti, fille de l'homme d'État Francesco Saverio, exilée à Paris à cause des persécutions fascistes et dont il aura le fils Daniel-Pierre en 1939.

Au début des années 1930, en collaboration avec Filomena, son frère, le brillant microbiologiste Federico Nitti et le chimiste Jacques Tréfouël, il a établi que le principe actif du premier antibactérien efficace - la sulfamidocrisoidine (Prontosil rosso), pour le développement duquel le chimiste pharmaceutique allemand Gerhard Domagk (Łagów, 30 octobre 1895 - Königsfeld im Schwarzwald, 24 avril 1964) a reçu le prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1939 - était le p-aminobenzensulfonamide, initiant ainsi le développement des sulfonamides.

une nouvelle découverte en médecine

La première grande découverte de Daniel Bovet fut en effet une modification, petite mais très importante, du prontosil rouge (médicament à action antibactérienne et chimiothérapeutique), pour la paternité duquel une demande de brevet avait été déposée en 1932 par les chimistes allemands Klarer et Mietzsch et dont les brillantes propriétés avaient été exaltées par Gerhard Domagk dans le célèbre article "Contribution à la chimiothérapie des infections bactériennes", paru dans une revue médicale allemande.

Un peu par curiosité, un peu pour vérifier ses réelles propriétés thérapeutiques, à l'Institut Pasteur deux équipes hautement qualifiées (dirigées par Constantin Levaditi d'une part et Ernest Fourneau d'autre part) se sont mises à étudier le médicament exalté par Gerhard Domagk.

BOVET ET SULFONAMIDES

C'est alors que Bovet, responsable des tests biologiques des dérivés chimiques, en collaboration avec Federico Nitti (qui travaillait plutôt au département "vaccins" de l'institut), a rencontré une circonstance heureuse dont il a su tirer parti. La première décision des deux scientifiques a été d'infecter, à l'aide d'une culture de streptocoques très virulents, quarante souris disponibles à l'époque comme cobayes. Cependant, les nouveaux dérivés chimiques développés par l'institut n'ont suffi que pour trente-six d'entre eux. "Avance", donc, un petit groupe de quatre souris. Bovet a eu l'intuition d'expérimenter de manière totalement arbitraire sur eux la molécule commune à tous les composés de l'expérience, le simple "para-aminobenzènesulfonamide" (dans lequel, bien sûr, était absent tout type de colorant, une caractéristique considérée jusqu'alors comme fondamentale dans l'efficacité du prontosil rouge). Les résultats ont été stupéfiants : les quatre souris ont survécu. Grâce à ce résultat, il était évident que c'était la molécule de sulfonamide pure et simple qui avait une action antibactérienne à l'intérieur de l'organisme, tandis que le colorant était divisé et éliminé de celui-ci (puisqu'il était pratiquement inutile).

la découverte des antihistaminiques

Ayant reconnu l'utilité thérapeutique concrète de la molécule de sulfamide, Bovet a commencé à faire des recherches sur les antihistaminiques. En 1937, il a achevé la synthèse de la timoxidylamine, le premier antihistaminique rudimentaire.

Cette dernière s'est révélée très efficace, notamment pour la prévention du choc anaphylactique chez les animaux, alors que son utilisation clinique reste encore confuse (la thymoxydioxylamine a souvent des effets toxiques sur l'organisme).

Bovet est décédé à Rome le 8 avril 1992.


Josie Bonnet







Flashback :
< >

Lundi 20 Juillet 2020 - 22:53 Questions sur le botox ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:31 Les problèmes artériels

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:16 Histoire de l'IRM ?

Infos Business | Italia






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com