Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Faits Divers - Société
08/10/2008 - 21:30

Hormone de croissance: décès du professeur Job

PARIS - Le professeur Jean-Claude Job, ancien président de l'association France Hypophyse et l'un des principaux prévenus au procès de l'hormone de croissance, est décédé lundi à l'âge de 86 ans, a-t-on appris aujourd'hui auprès de son avocate Daphné Bes de Berc.



Le professeur Job, qui était poursuivi pour "homicides et blessures involontaires" et "tromperie aggravée" dans ce scandale, avait comparu au premier semestre devant le tribunal correctionnel de Paris, qui avait mis son jugement en délibéré au 14 janvier 2009.

Son décès, dont l'annonce figurait dans le "carnet" du "Monde" daté de jeudi, éteint l'action publique à son encontre, a précisé Me Bes de Berc. Le 21 mai, le ministère public avait réclamé quatre ans d'emprisonnement avec sursis contre le Pr Job. En revanche, il y aura bien un jugement pour les six autres médecins ou scientifiques poursuivis dans cette affaire.

Cette affaire de santé publique a débuté judiciairement en décembre 1991 avec la plainte de la famille d'un adolescent de 15 ans mort de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), une maladie neurologique dégénérative et incurable. Le jeune homme avait été traité pendant cinq ans à l'hormone de croissance extractive. Au total, 114 patients ont succombé à la maladie et deux autres en sont atteints.

La défense des prévenus a insisté sur le fait que les connaissances de l'époque ne permettaient pas de prévenir le risque d'une transmission de la maladie de Creutzfeldt-Jakob via l'hormone de croissance.

En 1992, l'Inspection générale des Affaires sociales (IGAS) avait souligné de graves dysfonctionnements du dispositif mis en place par France Hypophyse, l'association qui avait le monopole de la collecte de ces glandes puis la distribution des hormones de croissance. La transformation était assurée par l'Unité de radio-immunologie analytique (URIA) de l'Institut Pasteur, dont les méthodes d'extraction et de purification ont été vivement critiquée.

L'enquête a montré que la collecte des hypophyses, utilisées dans la fabrication de l'hormone de croissance, ne tenait aucun compte des antécédents médicaux des personnes décédées, que les glandes étaient prélevées dans des services à risque par des garçons de salle, et non des médecins, sans aucune règle d'hygiène.

La transmissibilité de la maladie de Creutzfeldt-Jakob avait été, selon le ministère public, démontrée dès 1980 par le Pr Luc Montagnier, co-découvreur du virus du SIDA, qui avait insisté sur la nécessité de porter une attention particulière au danger de transmission de la maladie en raison du caractère résistant du prion.

En mai dernier, le ministère public a également réclamé quatre ans d'emprisonnement avec sursis contre Fernand Dray, professeur de pharmacie à l'Institut Pasteur. Deux ans avec sursis ont été requis à l'encontre de Marc Mollet, responsable du conditionnement du produit au sein de la pharmacie centrale des Hôpitaux de Paris, ainsi qu'un an avec sursis contre le Dr Elisabeth Mugnier, ancienne coordinatrice des médecins collecteurs.

En revanche, une relaxe a été demandée contre trois autres prévenus dont la responsabilité n'a pu être établie. Il s'agit de l'ancien directeur de la pharmacie centrale des Hôpitaux de Paris, Henri Cerceau, de l'ancien directeur de la pharmacie et du médicament au ministère de la Santé, Jacques Dangoumau, et d'un médecin prescripteur, le Dr Micheline Gourmelen.


Source: Yahoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel






Partageons sur FacebooK
Petites annonces