Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
25/10/2007 - 23:20

Iran: Nouvelles sanctions des USA

Les Etats-Unis -USA- ont franchi jeudi une nouvelle étape dans les sanctions contre l'Iran en ciblant le corps des Gardiens de la révolution et son unité d'élite, la brigade Al Qods, accusés d'encourager la prolifération nucléaire et de soutenir le terrorisme.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Washington a décrété des sanctions contre une vingtaine d'entreprises iraniennes, de grandes banques et de particuliers, ainsi que contre le ministère de la Défense, pour que l'Iran mette fin à son programme nucléaire et à ses activités "terroristes".

"Aujourd'hui, le secrétaire au Trésor Henry Paulson et moi-même annonçons plusieurs nouvelles mesures visant à renchérir le coût pour l'Iran de son comportement irresponsable", a déclaré la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice, qui s'exprimait aux côtés de son collègue.

Mais Rice a déclaré que Washington espérait encore une solution diplomatique à la crise et a exhorté Téhéran à accepter l'offre présentée l'an dernier par les grandes puissances - à savoir que l'Iran renonce à ses activités nucléaires sensibles en échange de mesures incitatives de la part des pays occidentaux, dont un dialogue direct avec les Etats-Unis.

"Nous sommes ouverts au débat sur tous les problèmes. Mais si les dirigeants de l'Iran choisissent la voie de la confrontation, les Etats-Unis agiront avec la communauté internationale pour contrer ces menaces", a-t-elle prévenu.

Parmi les banques iraniennes concernées, on peut citer la banque Melli, la plus grande du pays, la banque Mellat et la banque Saderat, selon un haut responsable américain. Les sanctions interdisent aux banques internationales toute transaction avec ces établissements iraniens.

Washington accuse la brigade Al Qods d'armer et d'entraîner des activistes antiaméricains en Irak. Téhéran assure que la déstabilisation de l'Irak est le fait de Washington.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné la nouvelle initiative de Washington jeudi. "La politique hostile de l'Amérique contre la respectueuse nation iranienne et nos organisations légales va à l'encontre des règles internationales et n'a aucune valeur", a dit un porte-parole du ministère cité sur le site internet de la télévision nationale.

"Cette politique a toujours échoué. De telles mesures (...) ne peuvent pas stopper l'évolution de l'Iran", a-t-il ajouté.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a marqué son hostilité à de nouvelles sanctions contre l'Iran, estimant qu'elles risquaient d'"aggraver la situation".

LES FAUCONS VEULENT QUE BUSH AGISSE

Le gouvernement américain envisageait depuis plusieurs mois de sanctionner les Gardiens de la révolution, mais des querelles internes sur l'étendue et le calendrier des sanctions ont retardé leur mise en oeuvre. C'est la première fois que les Etats-Unis adoptent des mesures punitives à l'encontre d'un corps appartenant aux forces armées officielles d'un autre pays.

Les Gardiens de la Révolution, arme idéologique du régime islamique au pouvoir depuis 1979, se sont peu à peu transformés en une vaste et puissante armée, et beaucoup de "pasdarans" occupent de hautes fonctions au sein de l'appareil d'Etat.

L'évocation d'une action militaire de Washington contre l'Iran s'est faite plus précise ces derniers mois, une idée défendue par certains conservateurs américains qui aimeraient que le président George W. Bush agisse contre ce pays avant de quitter ses fonctions, en janvier 2009.

Tout en notant que le président conserve "toutes les options sur la table", Rice a soutenu que la crise pourrait être résolue par voie diplomatique et par des pressions financières accrues.

"Nous prenons ces mesures maintenant car nous pensons que nous en sommes à un stade où, pour réussir, la diplomatie doit être plus forte. Il faut accentuer la pression sur le gouvernement iranien", a déclaré un haut responsable américain.

Washington, soutenu par Londres et Paris, pousse en faveur de l'adoption d'une troisième résolution de sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies, mais Moscou et Pékin, dotés du droit de veto, traînent les pieds en prônant le dialogue.

Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux accusent l'Iran de chercher à fabriquer la bombe atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.

A Londres, le Foreign Office a dit "soutenir les efforts de l'administration américaine pour accentuer les pressions sur le régime iranien". "Nous sommes prêts à montrer la voie pour une troisième résolution de sanctions et soutenir dans le même temps des sanctions plus fermes de l'Union européenne."

Le Pentagone étudie de nombreux scénarios dont certains feraient appel à la force militaire sous des formes diverses - des opérations offensives aux répliques en cas de catastrophe.

A bord d'un avion qui le ramenait d'Europe aux Etats-Unis, le secrétaire à la Défense Robert Gates a été interrogé jeudi sur d'éventuels préparatifs en vue d'une opération militaire contre l'Iran. "Je parlerais de routine à ce sujet", a-t-il dit.

Washington, a-t-il ajouté, se concentre sur les pressions diplomatiques et économiques "afin de persuader le gouvernement iranien qu'il est isolé, qu'il doit changer de politique et d'objectifs".

H.V/YahooNews



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 8 Novembre 2008 - 19:18 España Editoweb 8 noviembre 2008




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo