Sommaire
Faits Divers - Société
09/06/2007 - 19:18

Justice: la France accusée dans dans l'affaire du juge borrel


PARIS (Reuters) - Des documents saisis par la justice et publiés par le journal Le Monde daté de dimanche montrent que le France voulait transmettre à Djibouti le dossier sur l'enquête concernant la mort du juge Bernard Borrel en 1995.



Justice: la France accusée dans dans l'affaire du juge borrel

Le corps carbonisé de ce coopérant français, conseiller technique auprès du ministère de la Justice djiboutien, avait été retrouvé près de la ville de Djibouti en octobre 1995. L'hypothèse du suicide avait d'abord été retenue, mais la piste criminelle est désormais suivie, après des expertises médico-légales.

Certaines dépositions, dont des éléments sont toutefois contestés, ouvrent l'hypothèse d'un assassinat politique sur ordre du pouvoir djiboutien.

Deux documents saisis en avril lors de perquisitions aux ministères de la Justice et des Affaires étrangères montrent que Laurent Le Mesle, alors directeur de cabinet du ministre de la Justice Pascal Clément, devenu aujourd'hui procureur général de Paris, a tenté de favoriser la transmission totale du dossier criminel à Djibouti, comme les autorités de ce pays le demandaient.

"Je vous remercie de veiller à ce qu'il soit apporté une réponse favorable à la demande formulée par les autorités djiboutiennes", écrit Laurent Le Mesle dans une note à ses services datée du 30 juillet 2004.

Plus tard, le 28 septembre 2004, Laurent Le Mesle écrit à son homologue du Quai d'Orsay Pierre Vimont pour conseiller à Djibouti d'insister. "La demande sera alors satisfaite, en tenant compte du délai qu'imposera la copie des 35 tomes de la procédure judiciaire."

LE MESLE NIE LES PRESSIONS

Dans un communiqué samedi, Laurent Le Mesle, ancien conseiller de Jacques Chirac à l'Elysée, nie les accusations de manoeuvres.

"Il tient (...) à affirmer, de la manière la plus solennelle, qu'il n'a jamais exercé de pression sur la justice. Il a, au contraire dans ce dossier, toujours agi dans le respect de la loi et des responsabilités qui étaient alors les siennes", déclare-t-il.

La juge d'instruction Sophie Clément, chargée de l'enquête à Paris sur la mort de Bernard Borrel, a finalement refusé en février 2005 dans une ordonnance la transmission de ce dossier à Djibouti. Lire l'article en pièce jointe:

SD/Source Web









Flashback :
< >

Mercredi 16 Septembre 2020 - 11:42 Le Chef de l'Etat turc attaque Emmanuel Macron

Mercredi 16 Septembre 2020 - 11:38 Maroc : Un enfant de 11 ans violé et tué

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn