Sommaire
Portraits d'Artistes
21/03/2011 - 21:27

Keziah Jones: biographie du Blufunk

Keziah Jones s'est imposé sur la scène internationale comme un jeune bluesman cosmopolite, une sorte de philosophe musicien. Keziah Jones mêle le blues, la soul et le funk pour créer un style propre dans la lignée des Ben Harper ou Lenny Kravitz.



Keziah Jones: biographie du Blufunk
Olufemi Sanyaolu, alias Keziah Jones est né à Lagos au Nigeria, le premier octobre 1968. Fils d'une grande famille de Lagos et élevé en Angleterre, il commence à jouer du piano à l'âge de treize ans et passe à la guitare trois ans plus tard. C'est dans le métro parisien qu'il se fait remarquer par un directeur artistique de Delabel France, en 91.  Largement influencé par la personnalité politique et morale de Fela, et par le jeu de Jimi Hendrix, il signe d'emblée un disque-manifeste Blufunk Is A Fact. De premier opus est un joyau de blues acoustique, de R&B et de funk. Africa Space Craft, son deuxième opus sort en 95, dans lequel il évoque les problèmes de l'artiste africain contemporain. Il signe en 1999 l'album Liquid Sunshine puis Black Orpheus en 2003.
Parmi ses influences, il cite volontiers Jimi Hendrix et Fela Kuti, dont l’afro beat engagé l’imprègne durablement. Il se fait remarquer par un producteur, Phil Pickett, au tout début des années 90, qui le fait tourner en Grande-Bretagne avant de sortir un disque. Blufunk is a fact affirme ce premier album et l’assertion s’avère être juste puisque le succès est immédiat et international. Le nerveux et virtuose « Rythm is love » et sa guitare imparable, fait un carton. De plus, Keziah soigne son image de prince africain, dandy presque toujours torse nu, musclé et racé, habillé avec une élégance un rien britannique.Il fait de nombreux aller-retours entre Londres et le Niger et l’on serait tenté de dire, aussi bien géographiquement que culturellement, revendiquant ses origines avec intelligence et parfois, une pointe de mélancolie. African Space Craft , son deuxième album, sort en 1995, puis Liquid Sunshine en 1999. Il faut pourtant attendre 2003 et son Black Orpheus pour qu’un immense succès soit à nouveau au rendez-vous. Comme dans ce film culte qu’il admire, il y évoque la religion, la négritude, la beauté, la servitude et l’amour.

«Beautiful Emilie », l’un des singles de l’album est un titre efficace que le public adopte tout de suite. Début 2006, l’Orphée noir venu du Niger est à nouveau au travail sur un nouvel album intitulé Nigerian wood, qu'il sort le 1er septembre 2008.

Sources Web

YD









Flashback :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville







Partageons sur FacebooK
Petites annonces