Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
13/05/2021 - 18:58

L'Inde installe un filet sur le Gange pour s'occuper des corps

Les autorités de l'État indien du Bihar ont installé un filet sur le Gange après que des dizaines de corps de victimes présumées du Covid-19 ont été repêchés dans le fleuve.



Alors que 71 corps ont été retirés de l'eau dans le district de Buxar, au moins 25 corps ont été trouvés dans l'État voisin d'Uttar Pradesh, selon The Indian Express.

Le ministre des ressources en eau de Bihar, Sanjay Kumar Jha, a déclaré mercredi qu'un filet avait été placé dans la rivière à Ranighat, à la frontière entre Bihar et Uttar Pradesh.

"Nous avons conseillé à l'administration de l'Uttar Pradesh d'être vigilante. Notre administration est également vigilante", a-t-il écrit sur les médias sociaux.

Il a également déclaré que les examens post-mortem des corps ont confirmé que les décès avaient eu lieu il y a quatre ou cinq jours.

Un fonctionnaire du Bihar, qui a demandé à ne pas être nommé, a déclaré à The Hindu que certains corps flottant en provenance de l'Uttar Pradesh ont été retrouvés emmêlés dans le filet mercredi et que l'administration de l'État en a été informée.

Alors que les autorités de Buxar ont déclaré que certains corps pourraient avoir flotté depuis l'Uttar Pradesh, les responsables de l'État voisin ont démenti cette affirmation.

L'Inde a enregistré 362 727 nouvelles infections par le virus Covid-19 et 4 120 décès au cours des 24 heures qui se sont terminées jeudi matin, portant le nombre de décès à 258 317.


La découverte des corps a suscité des craintes de propagation de l'infection, mais les experts affirment désormais que la transmission du coronavirus ne peut se faire par l'eau.

Des rapports citent des habitants de la région qui affirment que les corps finissent dans la rivière parce que les proches n'ont pas les moyens d'acheter du bois pour les incinérer ou parce que les crématoriums n'ont plus de place, alors qu'une deuxième vague de Covid-19 ravage l'Inde.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest