Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
15/09/2008 - 19:51

L'UE formalise sa mission en Géorgie

BRUXELLES- L'Union européenne a annoncé qu'elle apporterait à la Géorgie jusqu'à 500 millions d'euros d'aides et a formellement approuvé lundi l'envoi dans la région d'une mission aux contours géographiques encore flous.



L'UE formalise sa mission en Géorgie
 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
L'action commune adoptée par les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept, qui étaient réunis à Bruxelles, prévoit que cette mission soit composée d'"au moins 200 personnes" et se déploie "en Géorgie".

L'ambiguïté concernant les parties du territoire géorgien couvertes par cette mission n'a donc pas été levée.

Les chefs de la diplomatie des Vingt-Sept se sont fixé pour objectif de couvrir à terme l'intégralité de la Géorgie, Ossétie du Sud et Abkhazie comprises, mais la Russie n'a accepté de se retirer que des zones adjacentes pour le moment.

"Nous verrons comment évolue la situation sur le terrain", avait déclaré avant la réunion Javier Solana, le porte-parole de la diplomatie européenne.

La ministre autrichienne des Affaires étrangères, Ursula Plassnik, a estimé que la présence européenne en Ossétie du Sud et Abkhazie était une "question difficile" sur laquelle l'UE devait "procéder pas à pas". "A l'heure actuelle, l'UE et la Russie ont des points de vue différents", a-t-elle dit.

Selon les termes de l'accord signé le 8 septembre par Moscou et Tbilissi, la Russie doit se retirer dans un délai d'un mois des zones tampons et l'UE doit y déployer ses observateurs avant le 1er octobre. Les troupes russes ont quitté samedi les abords de Poti, port géorgien de la mer Noire, deux jours avant la date-butoir de la première phase du retrait.

Selon un responsable européen, il y a eu une "réponse forte" de la part des Etats membres aux demandes de contribution à cette mission, qui a reçu un mandat initial de 12 mois et dont le budget est de 31 millions d'euros.

"Nous avons plus d'une vingtaine de pays qui sont volontaires. La formulation retenue a été de dire que nous aurons au moins 200 personnes sur place", a-t-il confié.

Par ailleurs, le Français Pierre Morel, représentant spécial de l'Union européenne pour l'Asie centrale, a été choisi pour être le représentant spécial de l'UE en Géorgie.

L'approche pragmatique retenue par l'Union européenne sur ce dossier a suscité des réticences au sein et en dehors de l'UE.

"La situation est compliquée. Nous ne souhaitons pas établir une situation que la Russie a modifiée dans son propre intérêt", a déclaré Plassnik. "Nous devons prendre en compte quels sont les vrais objectifs de la Russie. L'annonce d'envoyer quelque 4.000 soldats est un sujet de préoccupation", a-t-elle dit.

De son côté, le secrétaire général de l'Otan, Jaap de Hoop Scheffer, a exprimé des réserves quant à l'application par Moscou du plan de paix. Dans une interview accordée au Financial Times, il critiquait l'accord lui-même, mais ses services ont démenti.

Le déploiement futur de la mission européenne au-delà des zones tampons dépendra en partie de la conférence internationale sur la région qui doit être organisée le mois prochain.

Initialement prévue à Genève, celle-ci aura finalement lieu à Bruxelles, a dit la présidence française de l'UE.

En marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères, la Commissaire chargée des Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, a indiqué que l'UE apporterait 500 millions d'euros d'aide à la Géorgie d'ici 2010.

Les fonds en question seront fournis par l'exécutif européen et les Etats membres seront mis à contribution, a-t-elle dit, précisant qu'une enveloppe de 100 millions d'euros serait débloquée d'ici fin 2008.

"Nous avons pour objectif de nous attaquer aux conséquences concrètes du conflit, c'est-à-dire les populations déplacées, les dégâts aux infrastructures et le coup d'arrêt de l'économie", a-t-elle poursuivi.

Selon Tbilissi, le conflit de début août avec la Russie divisera par deux sa croissance aura pour impact de diviser par deux la croissance géorgienne en 2008 par rapport à 2007.

La Géorgie estime par ailleurs qu'elle aura besoin d'entre un et deux milliards de dollars d'aide internationale pour réparer ses infrastructures et remettre sur pied son économie.

Les Etats-Unis se sont déjà engagés à fournir un million de dollars en aide humanitaire et assistance économique, alors que le Fonds monétaire international (FMI) a de son côté donné son accord à un prêt de 750 millions de dollars.

"Je pense que les Européens seront jugés sur leur capacité à soutenir leurs alliés et sur la manière dont ils parviendront à restaurer la stabilité à leurs frontières à l'Est", a dit Benita Ferrero-Waldner, qui a inclus l'Arménie et l'Azerbaïdjan parmi les pays qui devront également recevoir une aide de l'UE.

Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo