Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
23/02/2021 - 10:00

L'UE va sanctionner les Russes responsables de la détention d'Alexei Navalny


Le gouvernement russe a déclaré qu'il ignorerait également une décision de la Cour européenne des droits de l'homme selon laquelle Navalny devrait être libéré en raison d'un manque de garanties pour sa sécurité, malgré l'obligation de se conformer à cette décision en tant que membre du Conseil de l'Europe. Le Kremlin a décrit la décision de la cour comme une "ingérence flagrante et grossière dans les affaires judiciaires d'un État souverain".



Les Russes responsables de "l'arrestation, la condamnation et la persécution" du leader de l'opposition Alexei Navalny seront frappés par les sanctions de l'UE lors de la première utilisation de la loi dite "Magnitsky" du bloc.

Josep Borrell, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères, a déclaré que les 27 États membres avaient convenu d'imposer des mesures restrictives en vertu de pouvoirs adoptés précédemment pour cibler les personnes à l'origine de violations des droits de l'homme.

Les noms des personnes impliquées doivent encore être rendus publics, mais M. Borrell a déclaré qu'il ne s'attendait pas à ce que l'approbation officielle du gel des avoirs et de l'imposition d'interdictions de voyage prenne plus d'une semaine.

Borrell, un ancien ministre espagnol des affaires étrangères qui a été largement perçu comme ayant été humilié lors d'une conférence de presse avec son homologue russe à Moscou au début du mois, a déclaré que le Kremlin avait rejeté une solution diplomatique pour sortir de la crise.

A la suite d'une réunion des ministres des affaires étrangères à Bruxelles lundi, Borrell a déclaré qu'il y avait eu un accord sur le fait que la Russie devenait un Etat autoritaire qui "s'éloignait de l'Europe".

Il a déclaré : "En réponse aux événements entourant la situation de M. Navalny, nous sommes parvenus à un accord politique pour imposer des mesures restrictives à l'encontre des personnes responsables de son arrestation, de sa condamnation et de sa persécution, et ce faisant, pour la toute première fois, nous utiliserons le régime global des droits de l'homme de l'Union européenne à cette fin".

Les 27 chefs d'État et de gouvernement de l'UE devraient débattre des relations de l'Union avec la Russie lors d'un sommet le mois prochain, mais des pressions croissantes, tant internes qu'externes, ont été exercées pour qu'elle agisse.

Les ministres et les ambassadeurs des États membres ont rencontré dimanche le chef de cabinet de Navalny, Leonid Volkov, et le directeur général de la fondation anti-corruption du leader de l'opposition, Ivan Zhdanov.

En vertu des pouvoirs adoptés en décembre dernier, l'UE est en mesure d'appliquer "des mesures restrictives ciblées pour lutter contre les graves violations des droits de l'homme et les abus dans le monde entier". Elle fait écho à une loi américaine signée par Barack Obama en 2012 visant à cibler les fonctionnaires russes jugés responsables de la mort de l'avocat fiscaliste Sergei Magnitsky.

M. Borrell a été appelé à démissionner au début du mois après avoir refusé de répondre aux affirmations du ministre russe des affaires étrangères, Sergeï Lavrov, lors d'une conférence de presse à Moscou, selon lesquelles l'UE était "un partenaire peu fiable". Borrell a plutôt parlé de son espoir que le vaccin russe Spoutnik V soit approuvé pour une utilisation par l'UE.

Trois diplomates des États membres de l'UE ont été expulsés de Russie peu après la réunion, au motif qu'ils avaient assisté aux manifestations nationales contre l'emprisonnement de Navalny.

M. Borrell a toutefois déclaré qu'il n'avait fait l'objet d'aucune critique de la part des ministres des affaires étrangères lors de sa visite à Moscou et a rejeté une lettre des députés européens lui demandant de se retirer. "Combien ? 70 sur 750", a-t-il déclaré. "Moins de 10%. Mettons donc les choses au point.

"Peut-être que sans ce qui s'est passé à Moscou, nous n'aurions pas eu l'unanimité sur les sanctions maintenant dans l'affaire Navalny."

Borrell a déclaré que l'UE devait éviter "une confrontation permanente avec un voisin qui semble malheureusement avoir décidé d'agir comme un adversaire".

Lu 94 fois




Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb