Sommaire
Faits Divers - Société
17/09/2008 - 17:46

L'accouchement, une affaire de pros !

« Les futures mamans doivent être conscientes du risque qu'elles prennent pour elles et pour leur enfant en refusant un accompagnement médicalisé de leur accouchement ».



L'Académie nationale de médecine réagit vigoureusement à la mise en examen (Ariège) pour exercice illégal de la profession de sage-femme d'une accompagnante (doula) après le décès d'un nourrisson qu'elle venait d'aider à mettre au monde.

Une doula, c'est en quelque sorte une accompagnante de la naissance. Apparue il y a une trentaine d'années aux Etats-Unis, cette « pseudo-profession » a débarqué en France en 2003. Depuis le phénomène prend de l'ampleur. Dans un rapport rendu public en juin 2008, l'Académie nationale de médecine estimait le nombre de doulas exerçant en France à 50.

Leurs rôles ? Logiquement « elles interviennent uniquement pour aider les futures mères, les soutenir tout au long de la grossesse », précise Marie-José Keller, présidente du Conseil national de l'Ordre des sages-femmes. « Mais le danger est que de plus en plus de doulas donnent des conseils médicaux et rompent la relation singulière entre le soignant et le soigné ».

La pratique des doulas n'a aucun statut juridique en France. Rappelons que le diplôme de sages-femmes est obtenu au bout de 5 années d'études. Quant à la formation proposée par l'association « doulas » de France, elle se déroule… en 25 jours. Cherchez l'erreur !

En juin, les Académiciens avaient déjà tiré la sonnette d'alarme sur le danger des accouchements à domicile pratiqués par ces femmes. Dans un communiqué diffusé aujourd'hui, l'Académie renouvelle ses réticences. Elle préconise « plutôt la mise en place de salles de naissance physiologique au sein des maternités ouvertes aux accompagnant familiers ou choisis, mais soumis à l'obligation de ne pas interférer dans les décisions médicales ». De son côté Marie-José Keller estime que l'accouchement à domicile est parfaitement légitime. A deux conditions. « Il est primordial de s'assurer que la future maman ne présente pas de risques particuliers et qu'il soit pratiqué dans des conditions optimales de sécurité ».

L'Académie et l'Ordre mettent en garde contre toute reconnaissance officielle de la formation et de la fonction des doulas. « Il n'est absolument pas nécessaire de légiférer sur les accompagnantes », souligne Marie-José Keller. Reste que de nombreuses futures mamans désirent être davantage accompagnées pendant l'accouchement et après la naissance. « Il faut entendre le désir des femmes qui est d'avoir un accouchement plus naturel, plus personnalisé. Pour cela, il faut davantage de sages-femmes ». Même son de cloche à l'Académie. « Il est nécessaire de renforcer les effectifs des sages-femmes, pour leur donner plus de disponibilités et leur permettre de mieux accompagner les femmes au cours de la grossesse, du travail et dans les suites de couches ».

Source: Yahoo News

Awa Diakhate









Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn