Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub        pub

pour y être

Monde: Toute l'Actu
25/06/2021 - 21:26

L'escarmouche entre la Russie et le Royaume-Uni : de la poudre aux yeux

Les accusations et les récriminations étaient sérieuses et les répercussions potentiellement graves. Le ministère russe de la défense a affirmé que des coups de semonce avaient été tirés et qu'une bombe avait été larguée sur la trajectoire d'un navire de guerre britannique en mer Noire.



Le gouvernement britannique a affirmé qu'aucun coup de semonce n'avait été tiré et que le HMS Defender, un destroyer de type 45, se trouvait dans les eaux internationales. Le ministère de la défense (MoD) de Londres a également déclaré que l'armée russe effectuait des exercices de tir et qu'elle en avait averti la navigation internationale.

La version des événements présentée par Moscou est assez précise : le HMS Defender a pénétré dans les eaux territoriales russes sur une distance de deux miles, ignorant les avertissements de rester à l'écart, et a donc fait l'objet de tirs de sommation de la part de deux patrouilleurs. Lorsqu'il a continué à avancer, un chasseur bombardier Sukhoi SU-24 a largué deux bombes guidées devant le navire, sur sa trajectoire de navigation.

Après que le ministère de la défense britannique a démenti la version des faits présentée par Moscou, Ben Wallace, secrétaire d'État à la défense du Royaume-Uni, a déclaré dans un communiqué que le HMS Defender effectuait un "transit de routine" lorsqu'il a pénétré dans le couloir de circulation internationalement reconnu. Le secrétaire à la défense a accusé le gouvernement de Vladimir Poutine de diffuser "de la désinformation et des informations erronées". Un porte-parole de Downing Street a réaffirmé que le destroyer avait emprunté "la route la plus directe et internationalement reconnue entre l'Ukraine et la Géorgie".

Les eaux de la mer Noire sont contestées depuis que la Russie a annexé la Crimée en 2014 - qui faisait jusque-là partie de l'Ukraine - et plusieurs affrontements ont eu lieu entre des navires russes et ukrainiens dans l'intervalle.

Le démenti de la version des faits de Moscou par le ministère britannique de la Défense a été suivi par Ben Wallace, le secrétaire britannique à la Défense, qui a déclaré dans un communiqué que le HMS Defender effectuait un "transit de routine" lorsqu'il est entré dans le couloir de circulation internationalement reconnu. Le secrétaire à la défense a accusé le gouvernement de Vladimir Poutine de diffuser "de la désinformation et des informations erronées". Un porte-parole de Downing Street a réaffirmé que le destroyer avait emprunté "la route la plus directe et internationalement reconnue entre l'Ukraine et la Géorgie".

Les eaux de la mer Noire sont contestées depuis que la Russie a annexé la Crimée en 2014 - qui faisait jusque-là partie de l'Ukraine - et plusieurs affrontements ont eu lieu entre des navires russes et ukrainiens dans l'intervalle.

Qu'est-ce qui a donc pu conduire à cette situation ? Selon certaines sources et analystes militaires, les Russes pourraient avoir voulu contrer une série d'actions et d'exercices militaires très médiatisés du Royaume-Uni.

La Royal Navy avait pris part à un exercice naval en mer Noire avec les marines des États-Unis et de l'Ukraine, dont les navires de guerre ont souvent été en confrontation avec la Russie. Dans un accord signé à bord du HMS Defender, le Royaume-Uni s'est engagé à renforcer les capacités navales de l'Ukraine.

Le HMS Defender fait partie d'un groupe d'attaque dirigé par le nouveau porte-avions britannique, le HMS Queen Elizabeth, qui a entamé des opérations militaires contre Isis en Méditerranée. Il a également été affirmé que des avions à réaction furtifs F-35B britanniques et américains participant à des missions contre Isis en Syrie et en Irak ont "refusé l'espace aérien" aux avions russes volant dans une zone de soutien au régime de Damas de Bachar el-Assad.

Cette semaine également, un exercice militaire majeur impliquant les forces britanniques a eu lieu dans un État du Moyen-Orient, dans le cadre d'une opération liée au groupe d'attaque du porte-avions HMS Queen Elizabeth. L'exercice a eu lieu dans une région où Moscou a des intérêts stratégiques.

Il est bien sûr possible que d'autres facteurs aient contribué à l'incident impliquant le HMS Defender. Mais cette confrontation illustre les dangers qui peuvent résulter de la présence de forces lourdement armées dans une région instable.

Victor Delhaye-Nouioua









Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest