Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.


Rss
pour y être



L'Economie en temps réel et en continu
17/03/2008 - 11:12

La Bourse de Paris sous les 4.500 points, les bancaires souffrent


La Bourse de Paris poursuivait sa dégringolade lundi matin, le CAC 40 plongeant de 2,50% dans un marché déprimé par l'aggravation de la crise financière américaine, qui pesait sur les valeurs bancaires, et les nouveaux records de l'euro et du pétrole.



A 09H46 (08H46 GMT), l'indice parisien vedette perdait 114,96 points à 4.477,19 points, dans un volume d'échanges de 818 millions d'euros, descendant sous les 4.500 points pour la première fois depuis le 16 novembre 2005 et portant à plus de 20% sa baisse depuis le début de l'année.

Londres lâchait 2,01%, Francfort 2,94% et l'Eurostoxx 50 2,83%.

"L'intervention d'urgence de la Réserve fédérale américaine, le rachat de Bear Stearns et les doutes sur la solidité financière de Lehman Brothers devraient accentuer le climat de défiance actuel", estiment dans une note les stratégistes de Natixis.

Dimanche, la grande banque commerciale américaine JPMorgan Chase s'est engagée à acquérir sa compatriote Bear Stearns pour la somme dérisoire d'environ 236 millions de dollars, après l'avoir renflouée en catastrophe deux jours plus tôt.

Le même jour, et sans attendre sa réunion de politique monétaire mardi, la Fed a baissé en urgence son taux d'escompte, l'un des ses principaux taux directeurs, et a annoncé la création d'une nouvelle facilité de crédit pour aider les grandes institutions à prêter aux autres acteurs financiers.

Cette nouvelle initiative, la troisième en dix jours, ne devrait pas empêcher la Fed de baisser encore fortement mardi son taux directeur, déjà ramené à 3% après plusieurs réductions spectaculaires.

Loin d'être rassurée par l'intervention de la banque centrale américaine, la Bourse de Tokyo a fini la séance de lundi sur une très forte baisse de 3,71%, à cause de la forte appréciation du yen face au dollar.

Le dollar a en effet accéléré sa chute face à l'euro et au yen. L'euro a atteint lundi un nouveau pic historique de 1,5905 dollar, faisant sauter successivement et en quelques heures les barres des 1,57, des 1,58 et des 1,59 dollar.

Aux Etats-Unis, les investisseurs surveilleront les chiffres de l'activité industrielle dans la région de New York en mars, à 12H30 GMT, ainsi que la production industrielle de février, à 13H15 GMT.

BNP PARIBAS (-5,42% à 53,44 euros), CREDIT AGRICOLE (-4,52% à 16,89 euros), DEXIA (-4,05% à 15,87 euros) et SOCIETE GENERALE (-7,37% à 63,75 euros) pèsent lourdement sur l'indice, plombés par le rachat pour une bouchée de pain de la banque américaine Bear Stearns.

"Le rebond tant espéré du second semestre 2008, notamment pour les valeurs bancaires, nous paraît maintenant très incertain tant la situation semble encore complexe aux Etats-Unis", a commenté Valérie Plagnol, stratégiste du Crédit Mutuel-CIC.

TOTAL (-1,69% à 47,11 euros), VALLOUREC (-2,84% à 152,59 euros) et TECHNIP (-2,16% à 53,38 euros) ne profitent guère du nouveau record du pétrole, qui a atteint 111,42 dollars dollars le baril lundi dans les échanges électroniques en Asie.

ALSTOM (-5,81% à 128,01 euros) chute dans le sillage de son rival allemand Siemens, qui a indiqué lundi qu'il passerait au deuxième trimestre une très lourde charge négative liée à la "réévaluation de gros contrats", et qu'il devait donc renoncer à ses objectifs financiers pour l'exercice.

AIR FRANCE-KLM (-1,56% à 15,73 euros) recule moins que le marché, alors que le conseil d'administration de la compagnie aérienne Alitalia a approuvé dans la nuit de samedi à dimanche l'offre de reprise présentée par le groupe franco-néerlandais.

LATECOERE (+0,13% à 15,58 euros) a réalisé en 2007 un bénéfice net en baisse de 6,3%, à 18 millions d'euros, en raison de frais financiers. Le groupe enregistre un chiffre d'affaires en hausse de 13,1% à 489,3 millions d'euros grâce à l'augmentation des livraisons dans toutes ses activités.

BIOMERIEUX (-1,16% à 70,92 euros) a dégagé un bénéfice net 2007 de 98,1 millions d'euros, en baisse de 6,9% par rapport à 2006, et a relevé son objectif de marge opérationnelle courante à l'horizon 2012, entre 16 et 17% à taux de change constant.

NYSE EURONEXT (-3,54% à 37,08 euros) a annoncé vendredi le rachat de la plate-forme d'échanges consacrée aux métaux précieux du Chicago Mercantile Exchange (CME), pour un montant non dévoilé.

Yahoo.fr


M.D/sourcesWeb







Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don: