Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
14/10/2008 - 16:29

La Bourse de Reykjavik perd 76 %

ISLANDE- Fermée depuis trois jours, la Bourse islandaise s'est offert une réouverture remarquée, mardi 14 octobre : alors que les autres places de la planète nagent en pleine euphorie, Reykjavik a ouvert en chute libre de 76 %.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
L'Islande est très affectée par la crise financière internationale qui a brutalement ébranlé l'ensemble de son système financier valorisé huit à dix fois le PIB et qui constitue sa principale source de richesse. Elle est alors passée du statut de nation à la réussite économique insolente à celui d'État au bord de la faillite.

Un porte-parole de la Bourse tempère néanmoins cette chute spectaculaire, selon un porte-parole la baisse ne serait en réalité que de 0,57 % : l'indice ne prend plus en compte les valeurs financières dont la cotation a été suspendue le 6 octobre. L'indice OMX15, qui a perdu la moitié de sa valeur depuis le début de l'année, dévissait peu après l'ouverture de plus de 76,13 % sur la base des 3 017 points de mercredi à la clôture. Après l'interruption des échanges sur les valeurs financières, toutes les transactions avaient été suspendues le 9 octobre, pour trois séances consécutives. Ils devaient initialement reprendre lundi mais la réouverture de la Bourse de Reykjavik avait été repoussée jusqu'à ce mardi.

La crise qui frappe le pays, l'un des plus prospères de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), s'est traduite par une forte dépréciation de la couronne islandaise (- 46 % depuis le2 juillet 2007 et - 20 % en septembre), et le gouvernement a été contraint, le 29 septembre, de voler au secours de la troisième banque du pays, Glitnir, qu'il a nationalisée à 75 %, une mesure présentée comme provisoire. Déboussolées, les autorités locales ne savent plus vers qui se tourner : alors que Reykjavik a amorcé lundi un mouvement vers le Fonds monétaire international et l'Union européenne,une délégation est à Moscou pour discuter un éventuel prêt d'urgence de l'Etat russe de plusieurs milliards d'euros.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo