Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Amériques
28/03/2021 - 14:22

La Chine sanctionne l'épouse de Joe Manchin et d'autres responsables américains

Gayle Manchin, l'épouse du sénateur Joe Manchin, s'est vu interdire l'entrée sur tout le territoire chinois, a annoncé samedi le ministère des affaires étrangères du pays.



Cette interdiction fait partie d'une vague de sanctions annoncées par le gouvernement à l'encontre de responsables américains et canadiens qui ont critiqué la politique du pays au Xinjiang, une région historiquement musulmane. Mme Manchin, présidente de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF), est l'une des nombreuses personnes visées par ces sanctions.

"Ils doivent cesser toute manipulation politique sur les questions liées au Xinjiang, cesser d'interférer dans les affaires intérieures de la Chine sous quelque forme que ce soit et s'abstenir d'aller plus loin dans la mauvaise voie", a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué. "Sinon, ils se brûleront les doigts".

Ont également été sanctionnés Tony Perkins, vice-président de l'USCIRF, Michael Chong, membre du Parlement canadien, et l'ensemble de la sous-commission des droits de l'homme internationaux du Parlement. Outre l'interdiction de voyager, toutes les personnes figurant sur la liste se sont vu interdire de faire des affaires avec "des citoyens et des institutions chinoises", a déclaré le ministère des affaires étrangères. Les gouvernements occidentaux et les organisations de défense des droits de l'homme ont accusé la Chine de détenir plus d'un million de Ouïghours et d'autres musulmans du Xinjiang dans des camps d'internement. D'anciens détenus ont déclaré avoir été torturés, soumis à un lavage de cerveau, forcés à travailler et stérilisés contre leur gré. 

La Chine a démenti ces allégations, affirmant que l'objectif des camps est simplement d'éradiquer l'extrémisme et le terrorisme - et, de façon incongrue, de fournir une formation professionnelle. Les responsables gouvernementaux ont qualifié les accusations de violation des droits de l'homme de "faux rapports" et ont rétorqué que "le Xinjiang est un pays merveilleux".

Le gouvernement américain n'est pas convaincu. Le 22 mars, le département d'État a imposé des sanctions à des membres du gouvernement chinois pour "graves violations des droits de l'homme à l'encontre de membres de groupes ethniques et religieux minoritaires au Xinjiang."

L'USCIRF a fait l'éloge de ces sanctions, ce qui explique peut-être pourquoi Mme Manchin fait partie des personnes sanctionnées par la Chine.

"L'annonce hier de sanctions coordonnées par les États-Unis et des partenaires de même sensibilité envoie un message clair et sans équivoque au Parti communiste chinois que la communauté internationale ne tolérera pas ses politiques répressives et génocidaires dans la région ouïghoure", a déclaré à l'époque Nury Turkel, commissaire de l'USCIRF.

Mme Manchin n'était pas incluse dans la déclaration, mais un post sur la page Instagram de l'USCIRF la citait comme ayant critiqué les politiques chinoises plus tôt ce mois-ci.

"Depuis 2017, le gouvernement communiste chinois a détenu des millions de Ouïghours et d'autres musulmans turcs dans des camps d'internement", a déclaré Mme Manchin. "Cette pratique représenterait la détention à plus grande échelle d'un groupe minoritaire ethno-religieux depuis la Seconde Guerre mondiale."

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest