Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Sport
04/12/2008 - 13:27

La Ligue nationale de rugby élit son président

La Ligue nationale de rugby, réunie en Assemblée générale, devait élir ce jeudi le successeur de Serge Blanco à sa présidence, épilogue de la guerre de succession opposant Jean-Pierre Lux, adoubé par le président sortant, et le Castrais Pierre-Yves Revol, soutenu par une majorité de clubs.



Il s'agit de la première élection incertaine depuis la création de la LNR en 1998 pour présider aux destinées du rugby professionnels français. Serge Blanco, ancien arrière international, avait alors été élu à l'unanimité, puis reconduit sur le même mode en 2000 et en 2004 (98,52% des voix).

M. Blanco a, certes, annoncé en juin dernier qu'il ne solliciterait pas de nouveau mandat pour pouvoir se consacrer à ses affaires. Mais il n'a nulle intention de perdre son influence au sein de la LNR. En témoigne sa candidature au Comité directeur en tant que représentant du Biarritz Olympique et le soutien, d'abord discret, puis affiché pour un successeur, Jean-Pierre Lux, actuel président de l'ERC, société organisatrice de la Coupe d'Europe.

Pour la procédure, l'Assemblée générale, composée de 43 membres (dont 30 représentants des clubs), élira douze des dix-sept membres du nouveau comité directeur: huit représentants de club (5 Top 14 et 3 Pro D2) et quatre personnalités dites "qualifiées", dont une sur proposition de la FFR.

Ce Comité directeur nouvellement élu, qui sera complété par deux représentants de la FFR, un représentant des joueurs, des entraîneurs et des présidents de club, choisira en son sein un candidat pour la présidence et le soumettra à l'approbation de l'Assemblée générale.

Si M. Lux peut se prévaloir de son statut d'ancien international (47 sélections), argument régulièrement opposé aux "profanes" pour leur barrer l'accès aux plus hautes responsabilités, il n'en cumule pas moins plusieurs handicaps de taille.

Le premier porte le nom de Pierre-Yves Revol, président de Castres, qui a la "préférence" de la majorité des présidents de clubs aux velléités émancipatrices, y compris Thierry Pérez (Montpellier), un temps candidat déclaré à la succession de Blanco.

M. Lux, enfin, n'étant pas représentant de club, il devra, avant toute prétention présidentielle, se faire élire par les représentant des 30 clubs professionnels en tant que "personnalité qualifiée" pour accéder au Comité directeur. Trois postes sont à pourvoir pour quatre candidats "qualifiés": outre Lux, Patrick Wolf, vice-président de la LNR, Laurent Lubrano et Denis Navizet.

Les représentants des clubs, majoritairement rangés derrière Revol, ont donc la faculté d'éliminer M. Lux du Comité directeur et, partant, de la course à la présidence. En revanche, s'il franchit cet obstacle, M. Lux peut vraisemblablement compter sur les trois voix émanant de la FFR, celle de Blanco plus la sienne. L'influence du président sortant serait alors prépondérante pour espérer atteindre la majorité.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate










Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Sport






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn