Sommaire
Afrique et Moyen-Orient
12/07/2008 - 22:43

La Syrie et le Liban se disent prêts à échanger des ambassades

La Syrie a annoncé samedi, en avant-première du sommet de l'Union pour la Méditerranée, son intention d'établir des relations diplomatiques avec le Liban - une première dans l'histoire des deux pays.



Lors d'une conférence de presse au Palais de l'Elysée, Nicolas Sarkozy s'est fait le porte-parole des présidents syrien et libanais, Bachar al Assad et Michel Souleïmane, qu'il avait reçus auparavant, d'abord séparément, puis ensemble.

"C'est un progrès historique que la volonté du président Bachar al Assad d'ouvrir une représentation diplomatique au Liban et que le Liban ouvre une représentation diplomatique en Syrie", a dit le président français en présence des intéressés et de l'émir du Qatar, Cheikh Hamad Bin Khalifa al Thani.

"Dans un avenir très proche, nous allons décider des détails de cette décision", a confirmé Bachar al Assad, sans toutefois s'engager sur un calendrier précis.

Depuis l'indépendance des deux pays, dans les années 1940, il n'y a jamais eu d'échange d'ambassades entre le Liban et la Syrie, qui s'est efforcée jusqu'ici de maintenir sa tutelle politique et militaire sur son voisin.

La France et la grande majorité des Libanais voient dans l'établissement de telles relations diplomatiques le signe d'une reconnaissance de la souveraineté du Liban par Damas.

Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il se rendrait en Syrie avant la mi-septembre à l'invitation du président syrien.

Sa visite sera préparée par un déplacement à Paris du vice-Premier ministre syrien, Abdallah Dardari, les 21 et 22 juillet, et par un voyage à Damas du ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.

Ce sera la première visite d'un président français en Syrie depuis celle de Jacques Chirac en octobre 2002.

Le prédécesseur de Nicolas Sarkozy avait décidé de geler les relations franco-syriennes en 2005 à la suite de l'attentat qui a coûté la vie à l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri cette année-là à Beyrouth, attentat dans lequel la Syrie est soupçonnée d'avoir trempé.

Bachar al Assad a pour sa part demandé à la France de coparrainer le moment venu avec les Etats-Unis des négociations directes entre la Syrie et Israël, qui en sont encore au stade de pourparlers indirects par le truchement de la Turquie.

"Il a demandé à ce que la France soit partie prenante le jour où des négociations directes auront lieu, aux côtés des Etats-Unis, comme parrain, en quelque sorte (...), comme témoin, comme médiateur", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Cette participation de la France s'étendrait à la mise en oeuvre d'un éventuel accord, y compris pour les arrangements de sécurité qui pourraient être nécessaires, précise un communiqué franco-syrien publié avant la conférence de presse.

SARKOZY DEMANDE L'AIDE DE DAMAS AUPRÈS DE L'IRAN

Le président français a fait part de la disponibilité de la France à répondre à toute demande en ce sens.

Bachar al Assad a laissé entendre qu'il ne s'attendait pas à ce que la Syrie et Israël engagent des négociations directes avant que l'administration américaine issue des élections de novembre aux Etats-Unis ne prenne ses fonctions en 2009.

L'administration actuelle "n'est pas intéressée par le processus de paix", a-t-il estimé.

A Washington, le porte-parole du département d'Etat américain, Rob McInturff, a déclaré que les Etats-Unis continueraient à limiter leur engagement diplomatique "tant que le gouvernement syrien ne prendra pas des mesures concrètes pour limiter sa stratégie de déstabilisation dans la région".

Nicolas Sarkozy a pour sa part demandé à la Syrie, alliée de l'Iran, d'aider à la résolution du "problème iranien".

"Pour la France la détention de l'arme nucléaire par l'Iran n'est pas envisageable. Le président Bachar al Assad s'en tient à la déclaration des autorités iraniennes sur le fait qu'elles n'ont pas la volonté d'accéder à cette arme", a-t-il dit.

"Alors, nous demandons à la Syrie de convaincre l'Iran d'en apporter les preuves", a-t-il ajouté.

Le président syrien a émis le voeu qu'une solution politique soit trouvée à cette crise et a souhaité "un Proche-Orient libéré de toute arme de destruction massive" - allusion, semble-t-il, à la détention par Israël de l'arme atomique.

Bachar al Assad et Michel Souleïmane sont deux des 43 chefs d'Etat et de gouvernement qui se réuniront ce dimanche au Grand Palais, à Paris, à l'invitation de Nicolas Sarkozy, pour lancer l'Union pour la Méditerranée (UPM).

C'est la première visite du président syrien en France depuis décembre 2002. Sa venue et sa présence lundi au défilé militaire du 14 juillet sur les Champs Elysées, dans la tribune présidentielle au côté des autres dirigeants de l'UPM, a suscité des protestations de l'opposition syrienne et d'organisations de défense des droits de l'homme.

Nicolas Sarkozy a dit avoir discuté "de façon très franche" des droits de l'homme avec le président syrien.

"Nous avons encouragé le président Bachar al Assad à faire des pas supplémentaires dans cette direction", a-t-il dit.

Selon l'entourage du président français, la question du tribunal international chargé de démasquer et de juger les auteurs de l'attentat contre Rafic Hariri n'a pas été évoquée lors de l'entretien entre Nicolas Sarkozy et Bachar al Assad.

Ce sujet "n'est pas négociable", a expliqué un conseiller du président français. "Le tribunal est sur les rails. La justice suit son cours. Donc c'est un non sujet dans la relation franco-syrienne. La France n'a rien à dire sur le sujet."

Source: Yahoo News

Awa Diakhate










Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn