Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
20/03/2021 - 14:53

La Turquie se retire du traité international sur la violence à l'égard des femmes


La Turquie s'est retirée d'un traité européen historique visant à protéger les femmes contre la violence, malgré l'augmentation des violences domestiques et le taux élevé de féminicides dans le pays.



Le président Recep Tayyip Erdogan a publié un décret tôt samedi matin annulant la ratification par la Turquie de la Convention d'Istanbul, qui vise à promouvoir l'égalité et oblige les autorités de l'État à prévenir la violence à l'égard des femmes, à protéger les survivantes et à poursuivre les auteurs.

La Turquie a été le premier pays à signer l'accord du Conseil de l'Europe en 2011 et la loi est entrée en vigueur en 2014.

Aucune raison n'a été donnée pour ce retrait, mais des responsables du parti AK au pouvoir ont déclaré l'année dernière que le gouvernement envisageait de se retirer au milieu d'une dispute sur la façon de freiner la violence croissante contre les femmes. "La garantie des droits des femmes sont les règlements actuels de nos statuts, principalement notre constitution. Notre système judiciaire est suffisamment dynamique et fort pour mettre en œuvre de nouvelles réglementations si nécessaire", a déclaré sur Twitter Zehra Zumrut Selcuk, ministre de la famille, du travail et des politiques sociales. Les détracteurs du retrait du pacte ont déclaré que cela éloignerait encore plus la Turquie des valeurs de l'Union européenne, à laquelle le pays est candidat depuis 2005. Ils affirment que l'accord, et la législation approuvée dans son sillage, doivent être mis en œuvre de manière plus stricte. Selon les groupes de défense des droits, les violences et les meurtres de femmes sont en augmentation en Turquie.

D'après les données de l'Organisation mondiale de la santé, 38 % des femmes turques sont victimes de violences de la part d'un partenaire au cours de leur vie, contre 25 % environ en Europe.

La Turquie ne tient pas de statistiques officielles sur les féminicides, mais 77 femmes ont été tuées depuis le début de l'année 2021 et au moins 409 l'ont été en 2020, selon la plateforme We Will Stop Femicide.

Le meurtre d'une femme de 27 ans par un ex-petit ami a suscité l'indignation dans le pays en 2020.

Des manifestations de rue et des veillées ont été organisées après la découverte des restes de Pınar Gültekin dans un bois de la ville de Mugla, dans le sud-ouest du pays, en juillet dernier, et des centaines de milliers de personnes ont partagé les hashtags #ChallengeAccepted #İstanbulSözleşmesiYaşatır (la convention d'Istanbul sauve des vies) sur les médias sociaux. M. Erdogan a déclaré ce mois-ci que son gouvernement s'efforcerait d'éradiquer la violence contre les femmes.

Les mesures prises par Ankara comprennent le marquage des individus connus pour avoir recours à la violence et la création d'une application pour smartphone permettant aux femmes d'alerter la police, qui a été téléchargée des centaines de milliers de fois.

Mais les critiques affirment que le gouvernement n'a pas fait assez pour prévenir le féminicide et la violence domestique.

Les conservateurs turcs affirment que la Convention d'Istanbul porte atteinte aux structures familiales, et certains sont hostiles au principe de l'égalité des sexes car ils considèrent qu'elle favorise l'homosexualité, compte tenu de son principe de non-discrimination fondée sur l'orientation sexuelle. Mais la Turquie n'est pas le premier pays à s'engager dans la voie de l'abandon de l'accord.

La plus haute juridiction polonaise a examiné le pacte après qu'un membre du cabinet a déclaré que Varsovie devait quitter le traité, jugé trop libéral par le gouvernement nationaliste.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb