Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Art et Culture
30/06/2008 - 11:22

La haute couture veut séduire les pays émergents


De Dior à Chanel, ces créations, dont les prix peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers d'euros, représentent "un savoir-faire qui valorise le prêt-à-porter et les accessoires", explique Didier Grumbach, président de la Fédération française de la couture, du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode.



Les collections de haute couture automne-hiver 2008-2009 débutent lundi à Paris, vitrine artistique et commerciale d'un secteur du luxe qui convoite désormais, après les "princesses arabes", les clientes des pays émergents.

Certaines maisons ont cependant renoncé à défiler, l'organisation d'une présentation et la réalisation des modèles - qui pour beaucoup ne se vendent pas - pouvant engloutir plusieurs millions d'euros.

Emanuel Ungaro, membre permanent, ne présente plus de collection. Mais avec l'arrivée bien accueillie du jeune prodige Esteban Cortazar pour le prêt-à-porter, la maison de la rue du Faubourg Saint-Honoré pourrait revenir sur les podiums.

La griffe italienne Valentino a décidé de poursuivre malgré les adieux du maestro lors d'une ultime collection présentée en janvier dans l'écrin du musée Rodin à Paris. Alessandra Frachinetti présentera mercredi soir ses créations place Vendôme.

La haute couture vise aujourd'hui un marché de plus en plus large, tourné vers l'exportation, avec l'arrivée de clientes venues des pays émergents.

Il faut la "regarder comme un atout et pas comme un trou sans fond", plaide Didier Grumbach.

"INUTILE" DÉFILE

Balayant les craintes des investisseurs qui guettent un éventuel ralentissement de la demande pour les produits de luxe, il affirme que "les nouveaux marchés comme la Russie, la Chine, l'Inde et le Brésil ont compensé une baisse sur les marchés européen et américain".

"Il y a de nouvelles clientes, comme on a eu les princesses arabes qui sont devenues des clientes traditionnelles de la haute couture", assure-t-il, ajoutant que "cela continuera à aller bien à condition que la croissance se perpétue dans ces pays".

Pour l'ancien président de Thierry Mugler, l'avenir de la haute couture passe avant tout par la bonne santé du prêt-à-porter de luxe.

"Aujourd'hui, une maison de haute couture n'existe que si elle fait du prêt-à-porter alors qu'avant, elle n'existait que si elle n'en faisait pas".

Si les défilés de Chanel, Dior, Christian Lacroix ou Jean-Paul Gaultier sont les plus attendus, des maisons plus modestes suscitent aussi l'intérêt, comme Anne-Valérie Hash et Maurizio Galante, qui ont obtenu cette année l'appellation "haute couture", juridiquement protégée et délivrée par le ministère de l'Industrie.

"Des marques comme Dior et Chanel créent un appel d'air sur Paris et donnent une énergie qui rejaillit sur le reste du calendrier", déclare Didier Grumbach. "De jeunes marques rendent la couture contemporaine et les marques majeures font le prestige de la semaine".

Très attendu également, le premier défilé de la maison Wu Yong ("Inutile") en tant que "membre invité" par la Fédération, jeudi. Ma Ke et son univers très organique avait déjà séduit la presse lors de son premier opus couture, l'année dernière dans le calendrier "off".

Source: news.yahoo.com

Y.K/SourcesWeb










Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn