Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
19/06/2021 - 17:47

La police indienne convoque le haut responsable de Twitter

La police indienne a convoqué le directeur général de Twitter à propos d'une vidéo virale montrant l'agression d'un musulman âgé, alors que le site de micro-blogging est toujours en conflit avec le gouvernement au sujet de la nouvelle réglementation de l'internet.



Dans la dernière escalade en date, la police de l'État d'Uttar Pradesh a envoyé jeudi une convocation écrite au directeur de Twitter Inde, Manish Maheshwari, afin qu'il se présente devant des fonctionnaires pour enregistrer sa déclaration dans les sept jours.

Twitter est accusé de ne pas avoir empêché la diffusion sur sa plate-forme d'une vidéo virale montrant le passage à tabac d'un musulman à Ghaziabad, dans l'Uttar Pradesh, qui, selon la police locale, a répandu "la haine et l'inimitié" entre les communautés hindoue et musulmane.

Les deux vidéos en question, qui ont été largement partagées sur Twitter, montrent d'abord un musulman âgé en train d'être battu et de se faire couper la barbe de force par un groupe d'hommes plus jeunes. Dans la deuxième vidéo, on voit la victime raconter l'incident et pleurer, disant qu'on lui a fait scander un slogan hindou pendant l'épreuve.

La police de Ghaziabad n'a pas contesté la véracité des vidéos, mais a déclaré que son enquête avait montré que la violence avait été déclenchée par un différend au sujet d'un article que l'homme âgé vendait et non par une motivation religieuse.

La police de l'Uttar Pradesh a ensuite engagé une procédure contre Twitter India et sept autres personnes pour avoir prétendument attisé la rivalité entre hindous et musulmans et causé des troubles publics. Parmi les personnes citées figurent des journalistes qui ont partagé les vidéos en décrivant leur contenu.

L'avis publié jeudi indique : "Certaines personnes ont utilisé leur pseudonyme Twitter pour répandre la haine et l'inimitié dans la société et Twitter n'en a pas tenu compte.

"Les écrits et les travaux qui promouvaient l'inimitié et affectaient l'harmonie entre les différentes communautés du pays et de l'État ont été encouragés et ces messages anti-société ont été autorisés à devenir viraux."

Le ministre des technologies de l'information, Ravi Shankar Prasad, a publié la déclaration la plus tranchante du gouvernement à ce jour, affirmant que Twitter "n'a pas respecté les directives pour les intermédiaires qui sont entrées en vigueur le 26 mai".

Cette déclaration fait référence aux nouvelles réglementations adoptées par l'Inde cette année, qui obligent les entreprises de médias sociaux à se conformer à la police pour retirer les messages jugés problématiques par les autorités, et à nommer un responsable des griefs qui est personnellement et pénalement responsable de cette action. La loi est contestée devant les tribunaux par des organisations de défense des droits, qui estiment qu'il s'agit d'un outil de répression de la liberté d'expression et de la presse.

Les nouvelles règles informatiques prévoient que les plateformes qui ne s'y conforment pas ne seront plus protégées des poursuites pour les contenus qu'elles hébergent.

"Alors que Twitter s'est montré trop enthousiaste à propos de son mécanisme de vérification des faits, son incapacité à agir dans de multiples cas comme celui de l'UP laisse perplexe et indique son incohérence dans la lutte contre la désinformation", a déclaré M. Prasad dans un tweet.

Dans la vidéo en question, l'homme âgé, Abdul Samad Saifi, avait allégué que l'accusé lui avait proposé de le conduire en voiture et l'avait battu, le forçant à chanter Jai Shri Ram (Gloire au Seigneur Ram, une divinité hindoue).

Mais la police qui enquête sur l'affaire a démenti ces allégations et a déclaré que certains des agresseurs étaient eux-mêmes musulmans, et non hindous comme cela avait été affirmé. Selon la police, les agresseurs ont battu l'homme parce qu'il leur avait vendu un tabeez (amulette) religieux qui, selon eux, ne fonctionnait pas.

Twitter a déjà déclaré qu'il faisait tout son possible pour se conformer à la nouvelle réglementation et qu'il continuerait à informer le gouvernement de ses progrès. L'entreprise n'a pas commenté directement la convocation de la police.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest